Profil

Agustina Bessa-Luís
14 septembre, 2018 / ,

« Je vis ici, mais Porto n’est pas un lieu pour moi; c’est un sentiment  »

Agustina Bessa-Luís est l’une des femmes les plus emblématiques de la culture portugaise. Avec des dizaines d’œuvres publiées et une personnalité unique, elle a une énorme passion pour Porto.

Née à Vila-Meã  (Amarante), le 15 Octobre 1922, elle a vécu durant l’enfance et l’adolescence dans plusieurs villes. Cependant, elle a gardé un lien fort avec la région du Douro, présente dans plusieurs de ses œuvres. La bibliothèque de son grand-père maternel lui a permis de découvrir la littérature française et anglaise, ce qui l’a influencé.

À l’adolescence, elle écrit des romans sous un pseudonyme, mais c’est en 1948 qu’elle publie son premier livre, Mundo Fechado. Trois ans auparavant, elle avait épousé Alberto Luís; rencontré à travers une publicité qu’elle avait publiée dans un journal dans lequel elle cherchait une personne cultivée avec qui échanger par courrier. Cela révélait  clairement son tempérament indépendant et déterminé. En 1953, grâce à son roman récompensé, A Sibila, Agustina Bessa-Luís a acquis une grande reconnaissance.

À partir de ce moment-là et ce, jusqu’au début  du XXIe siècle, Elle publia des dizaines d’œuvres, certaines adaptées au cinéma par Manoel de Oliveira. Bien que souvent mécontente de ces adaptations, cette collaboration a été longue et fructueuse. Agustina a même écrit le texte qui accompagne le film Visita ou Memórias e Confissões, fait  pour être diffusé après la mort du réalisateur. A Corte do Norte a également été adaptée au cinéma par João Botelho et plusieurs œuvres ont été adaptées sur scène. En plus des romans, elle a également écrit des pièces de théâtre, des biographies, des essais et des livres pour enfants. Entre 1986 et 1987, elle a été directrice du journal  O Primeiro de Janeiro et, entre 1990 et 1993, elle a dirigé le Théâtre national de D. Maria II.

Elle est membre de l’Académie Européenne des Sciences, des Arts et des Lettres (Paris) et de l’Académie brésilienne des lettres et de l’Académie des sciences de Lisbonne. Parmi les prix reçus, on peut citer l’Ordre de Saint-Jacques de l’épée (1980), la Médaille d’honneur de la ville de Porto (1988) et la distinction d’Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres par le gouvernement français (1989). Ses œuvres sont  traduites en allemand, espagnol, danois, français, grec, italien et roumain.

Courageuse, intelligente, sarcastique, elle n’a pas peur de défier les conventions et les pouvoirs. Agustina Bessa-Luís n’a jamais eu peur de dire ce qu’elle pensait, n’a jamais été intimidée par le fait d’être une femme ou de ne pas faire partie des cercles du pouvoir. Pour des raisons de santé, elle s’est éloignée de la vie publique et littéraire pendant plusieurs années.

Pedro Abrunhosa
13 août, 2018 / ,

C’est l’un des grands noms de la musique portugaise. C’était avec l’album « Viagens », de 1994, qui est devenu connu et aussi quand il a obtenu le succès et l’affection qu’il a conservés jusqu’à aujourd’hui grâce à un total de 7 œuvres originales.

La première, à laquelle a participé Maceo Parker, saxophoniste de James Brown, a suivi « Tempo » (1996), « Silêncio » (1999), « Momento » (2002), « Luz » (2007), « Longe » (2010) et « Contramão » (2013). Dans les 5 premiers albums de studio, il était accompagné du groupe Bandemónio ; dans le dernier deux, par le Commité Caviar. Toutes les chansons ont été écrites et composées par lui.

Il est Pedro Abrunhosa. Il est né en 1960, a commencé des études de musique classique, était professeur (à partir de 16 ans) et contrebassiste de Jazz, après avoir fondé la Escola de Jazz do Porto et son orchestre. Il est connu pour ne jamais quitter ses lunettes de soleil, mais principalement pour de nombreux succès des 25 dernières années de musique portugaise, tels que « Tudo o que eu te dou », « Momento », « Se eu fosse um dia o teu olhar » – musique composée pour la bande originale du film « Adão e Eva » de Joaquim Leitão – « Toma conta de mim » ou “Fazer o que ainda não foi feito”. Ses chansons sont interprétées au Brésil par des noms comme Caetano Veloso (qui l’a invité à présenter un spectacle ensemble à Expo98), Maria Bethânia, parmi beaucoup d’autres. Il a également composé pour d’autres musiciens, comme Ana Moura, Carlos do Carmo ou Camané. En 2004, il est l’un des artistes qui a terminé Rock in Rio, qui a eu lieu pour la première fois à Lisbonne. En plus des 7 albums studio a lancé deux DVD : “Intimidade” en 2005 et  “Coliseu”, en 2011.

En plus d’être auteur-compositeur, Pedro Abrunhosa était partenaire de Chiara Mastroianni dans « La lettre » de Manoel de Oliveira, en 1999, et est un chroniqueur régulier dans divers médias. En 2005, il a fondé les BoomStudios, studios d’enregistrement pour lui-même et pour d’autres noms de musique nationaux et internationaux. Il a remporté plusieurs prix: 3 Golden Globes, le prix Bordallo de la presse, le prix SPA – Pedro Osório, 4 prix Blitz, entre autres. En 2016, Pedro Abrunhosa, comme auteur, était responsable de la chanson de soutien de l’équipe nationale de football à l’Euro2016 en France, avec une adaptation de la “Tudo o que eu te dou”.  Mais Pedro Abrunhosa est aussi un homme de causes.

Et si aujourd’hui la ville vibre avec la programmation culturelle du Colisée, c’est certainement dans la mémoire de la population de Porto l’image de Pedro Abrunhosa menottée aux portes en symbolisant l’opposition de la ville à la vente de l’espace. Pour cette raison et pour tout le reste, Pedro est un homme de la ville de Porto et Porto est la ville de Pedro Abrunhosa.

Souto Moura
20 juillet, 2018 /

Lauréat du prix Pritzker d’architecture (2011), Eduardo Souto Moura est l’un des représentants de la soi-disant «École de Porto».

Eduardo Machado Elisio Souto de Moura est né à Porto le 25 Juillet 1952 et a étudié au Collège des Beaux-arts de Porto et au Collège d’architecture, et a collaboré, encore un étudiant, avec Siza Vieira. L’influence de Siza (qui a également reçu un Pritzker (1992) est reconnue par Souto Moura, mais les deux architectes sont aussi amis et ont fait des projets ensemble.
Souto Moura a reçu le premier prix de sa carrière dès son diplôme. L’année suivante commencerait à enseigner le cours d’architecture, á la Université de Porto, mais tout au long de sa carrière, il a également enseigné à l’École d’architecture de Paris-Belleville, écoles d’architecture de Harvard et Dublin (1989), ETH Zurich et l’école d’Architecture de Lausanne.
En plus des projets de construction, Souto Moura a également été remarquable dans les interventions réalisées dans les bâtiments historiques, les interventions territoriales et, plus récemment, dans le domaine de la conception de produits. En plus du Pritzker, il a été le seul architecte à remporter le prix Pessoa. De ses vastes palmiers se détache le récent Lion d’Or de la Biennale d’Architecture de Venise. Il vit à Porto avec sa famille, dans une maison qu’il a conçue. Il est voisin de Siza Vieira et travaille près de chez lui dans un immeuble qu’il partage avec Siza Vieira et Rogério Cavaca.

Quelques œuvres emblématiques:
• Casa das Artes, Porto
• Ponte dell’Accademia, Biennale de Venise, Italie
• Conversion du couvent de Santa Maria do Bouro
• Burgo Empreendimento – immeubles de bureaux et galerie commerciale, à Avenida da Boavista, Porto
• Bloc de logements à Rua do Teatro, Porto
• Bibliothèque pour enfants et auditorium pour la bibliothèque publique municipale de Porto
• Remodelage et valorisation du musée Grão Vasco, Viseu
• Reconversion du bâtiment des douanes portuaires au Musée des transports et des communications
• Conversion de l’aire de répartition marginale de Matosinhos Sul
• Centre portugais de photographie, bâtiment de la chaîne de relations de Porto
• Projet d’architecture pour le métro de Porto
• Maison du cinéma Manoel de Oliveira
• Stade municipal de Braga
• Casa das Histórias Paula Rego, Cascais

Vasco Graça Moura
6 juin, 2018 /

Écrivain, poète et traducteur, Vasco Graça Moura a été l’une des figures les plus marquantes de la vie culturelle portugaise contemporaine. Titulaire d’un diplôme de droit, il a fait des lettres sa grande passion, mais il a aussi eu une grande intervention en politique.

Né à Foz do Douro, Porto, le 3 janvier 1942, Vasco Graça Moura était également attiré par les Beaux-Arts, mais il a suivi le cours de la loi qui était, en fait, une tradition dans sa famille.

Le premier travail qu’il a publié était Modo Mudando (ou Mode en changeant), en 1963. Tout au long de sa vie, il était l’auteur de plus de 100 œuvres, particulièrement des poèmes, des romans ou des essais. Il s’est également distingué dans la traduction, se consacrant à des auteurs comme Rilke, Shakespeare ou Dante. La traduction de « Divine Comédie » lui a valu la Médaille d’Or de la ville de Florence (Italie). Cette distinction comprend également les distinctions reçues au Brésil et les distinctions les plus prestigieuses décernées au Portugal.

Parmi plusieurs prix reçus, le plus remarquable est le Prix Pessoa (1995), le Prix International  La culture du mer, en Italie (2002), la Couronne d’Or des Struga Poetry Evenings (Macédoine, 2004) ou le Prix Vergílio Ferreira (2007).

En plus d’une vaste carrière littéraire, Vasco Graça Moura s’est également distingué en politique : une fois secrétaire d’État, il a rejoint deux gouvernements. Il a été directeur des programmes de télévision publique portugaise (RTP) en 1978 et, cette même année, il a également dirigé la partie éditoriale de la Presse nationale – Monnaie.

Entre 1988 et 1995, il a été président de la Commission nationale pour les commémorations des Découvertes Portugaises et commissaire général du Portugal pour l’Exposition Universelle de Séville (1988-1992).

En 1999, il a été élu Député au Parlement européen, poste qu’il a exercé pendant dix ans. En 2012, il a été nommé à la présidence de la Fondation du Centre culturel de Belém. Il a décédé à Lisbonne le 27 avril 2014.

José Rodrigues – Le sculpteur qui a fait sa marque à Porto
18 avril, 2018 /

José Rodrigues, l’un des plus grands sculpteurs portugais, est décédé le 10 Septembre 2016, ses œuvres continuent à marquer le paysage de la ville.

Né à Luanda, en Angola, en 1936, José Rodrigues a démontré très tôt le goût pour la sculpture. Dans son l’enfance il aimait déjà  modeler l’argile. Au Portugal, il a étudié la sculpture à l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Porto, où plus tard il est  devenu enseignant.

Il  a été le fondateur  et président de la Cooperativa de Ensino Artístico Árvore et fondateur de la Biennale de Cerveira.

En plus de la sculpture il s’est  également consacré à d’autres expressions artistiques. Illustration dans des livres  pour les écrivains et les poètes de son époque, céramique et médailles, il a fait scénographie et il a conçu les scénarios pour  la cérémonie de classement de la ville de Porto autant que Patrimoine de l’humanité

Sa fondation, situé dans une ancienne fabrique de chapeaux, a accueilli son atelier, mais est aussi un lieu de diffusion des arts, avec des salles d’exposition et un auditorium, ansi qu’une compagnie de ballet et de théâtre.

Parmi ses œuvres les plus célèbres sont Le Cube de la Praça da Ribeira (1976) ou le monument à l’Entrepreneur (1992).

Alexandre Quintanilha
15 mars, 2018 / ,

Scientiste internationalement reconnu, Alexandre Quintanilha est né en Afrique et a vécu aux Etats-Unis avant de s’enraciner à Porto où il a dirigé l’Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire où il a donné des classes jusqu’à se jubiler. Actuellement il est député dans Assemblée de la République (Parlement).

Il est né è Mozambique le 9 août 1945. Son père était un biologiste fameux mais Alexandre a commencé par étudiez physique. Il s’est licencié en physique théorique á l’université de Johannesburg, dans l’Afrique du Sud. Il a voyagé plus tard aux États-Unis, il a étudié dans la prestigieuse université de Berkeley en Californie. C’est pendant ce période, quand il habitat à San Francisco, qu’il a connu Richard Zimler, qui était un étudiant à cette époque-là. Zimler, avec qui il se marierait déjà au Portugal, est aujourd’hui un écrivain fameux et est aussi un professeur universitaire.

Entre 1983 et 1990 il a été directeur assistant de la section d’énergie et ambiance au laboratoire national Lawrence. Dans les ans 90 il a été défie á retourner au Portugal et aider à fonder l’Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire duquel il viendrait à être le directeur. Son retour à Porto est arrivé à cause de l’invitation du neurologiste Corino de Andrade qui à ce moment pensait déjà à créer l’Institut de Sciences Biomédicales Abel Salazar. Ce serait là     qu’Alexandre Quintanilha serait professeur jusqu’à sa jubilation. Il est l’auteur de publications aux areas de biologie, ambiance et physique appliquée.

C’est le seul portugais membre du conseil pour l’investigation et l’exploitation de la National Géographique Society. Il a publié environ 100 articles dans différentes revues scientifiques de niveau mondial, il a été éditeur et auteur de six volumes dans les areas de biologie et ambiance. Plus qu’un scientiste Alexandre Quintanilha est un passionné par la connaissance. Il a vécu en trois continents, il parle quatre langues et aime quereller constamment ce qui semble certain. Si, d’abord il a senti quelques difficultés à s’adapter à la ville, il s’est laissé rapidement contagionner par la beauté de Porto et par la forme cordiale comme il a été reçu.

João Espirito Santo
15 février, 2018 / , ,

Un des plus célèbres dentistes portugais, présent régulièrement en programmes télévisés, a une mission qui l’emmène à révéler un côté solidaire : faire sourire et prendre soin de la santé oral, même pour les personnes dans une situation économique plus débile.

En Portugal il est connu surtout par “Senhor Doutor” ou “Doutor João”, grâce a sa participation dans un programme de télévision dans le quel il fait des traitements dentaires gratuits aux plus défavorisés. De plus de ses consultations et investigations, il donne des cours à des écoles portugaises et espagnoles.

Né à Porto en 1979, João Espirito Santo a étudié et travaillé presque toute sa vie dans la ville, où il a fondé et dirige la Clinica Medical Art Center. Malgré, du a des questions académiques et professionnels, avoir voyagé beaucoup pendant les dernières années, Porto, et surtout la zone de Foz sont son lieu de confort. C’est ici que tient place sa clinique et réside et où se situe quelques de ses endroits favoris. Marié et père de trois fils, João Espirito Santo apprécie les plats et restaurants les plus traditionnels, et ne dispense pas une promenade en famille au bord de la mer ou du Rio Douro.

 

  • Bar 

Casa do Livro (R. da Galeria de Paris, 85 Porto)

Fé Wine & Club (Praça D. Filipa de Lencastre nº1)

  • Restaurant

Cepa Torta

Rue de Gondarém 843, Porto

  • Une promenade

Jardins de Serralves

Ou faire une promenade à vélo de  Foz jusqu’à Afurada, traversant en bateau et revenant par le pont D. Luís

  • Lieux romantiques

Jardins do Museu do Vinho Porto –  Rua de Monchique 94

  • Un secret de la ville (endroits peu connus)

Enroladinhos de fiambre (jambon) à Casa Bacelar (Praça Dom Afonso V, 55, Porto) Filet ou «cabidela»(ragoût d’abattis cuit dans le sang des volailles ) au restaurant  A Capoeira (Esplanada do Castelo 63, Porto) Capela de Santa Teresinha

João Queiroz – L’architecte de Baixa (centre de Porto)
7 février, 2018 / , ,

Le café Majestic est, peut-être, son œuvre la plus emblématique. João Queiroz a travaillé toujours tout seul dans un petit atelier à la Baixa de Porto et a aidé à définir la zone la plus connue de la ville.

Il est né à Porto en 1892 et a vécu pendant toute sa jeunesse dans une maison dans la rue Santa Catarina, devant l’endroit où se situe le café Majestic. Ces terrains, où il y avait auparavant des mûriers fondamentaux pour la production de la soie, deviennent occupés par des bâtiments marquants pour l’histoire de la ville, dont plusieurs créés par l’architecte.

Il a subi le cours préparatoire de dessin à Escola de Belas Artes do Porto et en 1926, après avoir travaillé dans la Direção Geral dos Edifícios e Monumentos do Norte, obtient le diplôme d’architecte. A l’âge des 52 ans il reprend ses études, prenant le cursus d’Urbanologie, qui venait d’être créé cette même année. Son parcours académique et vie professionnel furent marqués par les deux guerres mondiales, développant ainsi une carrière militaire, ayant atteint le post de capitan. Il était, d’ailleurs, connu comme  Capitão Queiroz.

Son premier projet a été un immeuble rationaliste, localisé dans la rue Santa Catarina, à Porto, construit pour son père. C’est là où il installe l’atelier où il a toujours travaillé.

Son édifice le plus célèbre a été, certainement, le Café Majestic, initialement appelé Café Elite. Le Cine Teatro Olimpia ou le Cinema Trindade sont aussi des édifices crées par l’architecte João Queiroz; il fut aussi auteur d’un projet, non réalisé, pour le Coliseu do Porto.

Entre ses œuvres il y a aussi des maisons particulières et des magasins ; le magasin plus célèbre se situe au nº54 de la Rua Santa Catarina et, à l’époque, la montre circulaire n’a pas fait plaisir aux conservateurs. Ce qui concerne les habitations, le nº65 de la rue Antonio Aroso et le nº315 de la rue António Patrício.

Il est mort avec 90 ans, le 25 février de 1982.

Marques da Silva – L’architecte de Porto
10 janvier, 2018 / ,

Son œuvre marque définitivement la ville de Porto. Allant de résidences familiales, aux écoles et même d’un monument iconique, Marques da Silva aida à construire la ville plus moderne et plus belle.

Né à la rue Costa Cabral à Porto, il décéda dans la même ville en 1947. José Marques da Silva, vécu e mourra à Porto, mais Paris et l’esthétique française l’aura influencé. Il commença par étudier à L’Académie de Porto des Beaux-arts, et entra ensuite à l’École Nationale et Spéciale des Beaux-Arts.

De retour au Portugal en 1896, il signa un projet de grande importance : la gare de São Bento. D’ailleurs, la Gare Centrale aurait été son travail final au cours d’architecture suivi à Paris. Cependant, l’idée initialement prévue, fut successivement altérée, ce qui fit que la gare sera à peine conclue en 1916. Cependant, le fait que lui soit attribuée une œuvre aussi importante – la première gare de la ville – démontre le prestige qu’il avait déjà au début de sa carrière. En 1900 il reçut une médaille d’argent à l’exposition de Paris, ce qui contribua à augmenter son prestige national et international.

Tout au long de sa vie, Marques da Silva signa de nombreux projets qui modernisèrent le visage de la ville. Ce sont des édifices qui allient le côté esthétique à la fonctionnalité et qui sont présents sur toute la ville, du centre-ville à Serralves.

Il fut aussi professeur et directeur de la Faculté des Beaux-Arts de Porto et à l’École d’Art Appliqué Soares Reis. Il fut aussi l’auteur d’œuvres de grande importance à Guimarães et à Barcelos.

 

Certaines œuvres emblématiques à Porto:

Gare de São Bento (1896-1916)

Édifice des Quatre Saisons (1905), Rue des Carmélites

Maison Atelier Marques da Silva (1909), Place du Marquis de Pombal

Monument aux Héros de la Guerre Péninsulaire (1909), rond-point de Boavista

Théâtre National S. João (1910-1920), Place de Batalha

Edifice des Grands Entrepôts Nascimento, (1914-1927), au coin de la Rue de Santa Catarina avec Passos Manuel

Lycée Alexandre Herculano (1914-1931), Avenue de Camilo

 

Palais du Comte Vizela (1917-1923),  Rue des Carmélites/ Rue du  Comte de Vizela/ Rue de Cândido dos Reis

Lycée Rodrigues de Freita (1918-1932), Place de Pedro Nunes

Edifice Joaquim Emílio Pinto Leite (1922), Avenue des Aliados,

Edifice de Rendimento (1925-1928), Rue d’ Alexandre Braga

Maison et jardin de Serralves (1925-1943), Rue de Serralves

 

 

Sobrinho Simões – Un originaire de Porto qui est l’orgueil de la ville.
5 décembre, 2017 / ,

En 2015, la revue The Patologist l’a élu comme étant le pathologiste le plus influent du monde. Manuel Sobrinho Simões est un passionné de Porto et un des grands motifs d’orgueil de la ville où il est né en 1947.

Il est mondialement connu pour ses recherches dans le domaine du cancer de la tyroïde, mais aussi par les écoles de pathologie qu’il a aidé à créer à travers le monde. Fondateur de IPATIMUP (Institut de Pathologie et Immunologie Moléculaire et Cellulaire de L’Université de Porto) – une unité de recherche reconnue internationalement et qui réalise annuellement des centaines de diagnostics pour des hôpitaux et instituts d’oncologie en Europe et en Amérique – c’est un véritable workaholic, mais toujours attentionné et préoccupé avec les grandes questions qui l’entoure.

Né dans une famille liée à la médecine: son arrière-grand-père et son grand-père ont été médecins et son père, professeur et investigateur dans le domaine de la biochimie. Il est né à Paranhos, étudia au quartier da Antas et au lycée Alexandre Herculano, puis s’inscrit à la Faculté de Médecine de l’Université de Porto. Déjà au lycée, et au cours de son parcours universitaire, il obtint d’excellentes notes, ayant conquis de nombreux prix du mérite.

Adepte du FC Porto, il pratiqua le hoquet à Estrela e Vigorosa Sport et fut sacré champion universitaire de ping-pong.

Ce fut à l’université de Porto qu’il apprécia la pathologie. Sa passion pour les voyages vient de sa jeunesse, grâce à l’argent qu’il gagna des prix du mérite reçus et de l’aide de son grand-père. Après s’être marié, il étudia pour son post-doctorat à Oslo, en Norvège et ce sera à partir de cette expérience internationale qu’il sera connue internationalement.

Non seulement, il collabore avec les universités et les hôpitaux du monde entier, comme il est auteur et coauteur de centaines d’articles. À 70 ans, il continue à avoir un rythme intense dans son travail,  n’oubliant pas ses petits-enfants et sa famille, avec qui il aime passer son temps libre. Étant jeune, il jouait dans le jardin d’Arca d’Água, mais actuellement il préfère les promenades à vélo au Parque da Cidade (Parc de la Ville).