Culture

Le Messager, de IRENE VILAR
13 février, 2019 / ,

Une statue plantée au bord de la rivière qui apporte de l’espoir à la ville de Porto

Irene Vilar est née à Matosinhos en 1930 et est propriétaire d’une vaste œuvre plastique répartie dans de nombreux pays comme l’Allemagne, l’Afrique du Sud, le Brésil, la Belgique, les Pays-Bas et Macao. Distinguée tout au long de sa vie par plusieurs prix, l’artiste s’est affirmée dans divers domaines tels que la sculpture, la numismatique, les médailles et la peinture. C’est environ cinq décennies de production et d’affirmation artistique qui lui ont valu plusieurs prix et distinctions.

Dès son plus jeune âge, l’artiste est très liée à Foz do Douro, où elle vit dès l’âge de 19 ans et où elle installe son atelier.

L’une de ses œuvres les plus emblématiques est sans aucun doute “O Mensageiro (Le Messager). La sculpture en bronze, l’un de ses matériaux de prédilection, de nature expressionniste, marque majestueusement les rives du Douro, au bord du Cais de Sobreiras, au cœur de l’estuaire du Douro.

Inauguré en 2001, « O Mensageiro », ou « O Anjo » comme l’appellent les habitants de Porto, a apporté, selon l’auteur, « le bon espoir à la ville de Porto ». C’est peut-être pour cela que c’est devenu presque un lieu de culte, où les gens déposent des fleurs et des bougies à leurs pieds.

Irene Vilar est décédée à l’âge de 77 ans en 2008.

Eglise « dos Grilos » -Le Musée d’Art Sacré et d’Archéologie de Porto
4 février, 2019 / , , ,

Eglise de S. Lourenço ou Eglise des Grillons, une visite à ne pas manquer, avec une vue panoramique sur le fleuve Douro, Invicta et Vila Nova de Gaia

Une promenade dans le centre-ville jusqu’à la Sé do Porto est un itinéraire courant pour les touristes qui visitent Invicta. Découvrir le centre-ville est une aventure. En nous promenant dans les ruelles étroites de la vieille ville, nous découvrons ses secrets et ses curiosités.

Aujourd’hui, nous invitons le touriste à s’aventurer dans le quartier de Sé. La cathédrale, imposante, est le point de départ de notre aventure. A quelques mètres de là, dans une ruelle qui semble ne pas avoir de sortie, se trouve l’église de S. Lourenço, plus connue sous le nom Igreja dos Grilos, qui, avec le Collège du même nom, est classée Monument National.

Il a commencé à être construit par les Jésuites au XVIe siècle et n’a été achevé qu’au XVIIIe siècle. Si la majorité des Églises se vante d’une richesse et d’une opulence souvent exagérées, l’Église des grillons est surprise par ses lignes simples qui laissent les murs nus et sans ornements.

Dans l’église on peut souligner le bel autel de Nossa Senhora da Purificação, l’orgue fantastique de 1500 tuyaux qui, selon les archives, a été construit à la fin du XVIIIe siècle et la crèche, une construction unique datant du XVIIIe siècle et dont l’auteur est attribué au Machado de Castro. A l’époque de Noël, avec la tradition de tant d’autres églises de la ville, il est possible d’apprécier cette crèche très rare composée de dizaines de grandes figures, qui est placée juste à l’entrée du monument.

Igreja dos Grilos, bien qu’appelée à juste titre l’église du Saint-Laurent, était à l’origine l’église et le collège des Jésuites. Avec l’extinction et l’expulsion des jésuites par le marquis de Pombal, au XVIIIe siècle, l’église fut donnée à l’Université de Coimbra et plus tard achetée par les frères déchaux de Saint Augustin, qui avaient leur résidence principale à Lisbonne, sur la Calçada dos Grilos, communément appelés par les Pères Grilos. Et c’est ainsi que cette Église commence à être appelée, l’Église des Grillons – Igreja dos Grilos, et même s’ils n’y résident plus.

Le Musée d’Art Sacré et d’Archéologie de Porto – avec accès par une porte contiguë à gauche de l’église – présente une collection de pièces intéressantes de la statuaire des saints aux bijoux religieux et autres pièces liturgiques. C’est aussi ici, dans le Musée, que, depuis le magnifique balcon, vous pouvez avoir une vue unique sur Porto et Gaia et sur le fleuve Douro. Une vue imprenable à ne pas manquer !

Guilhermina Suggia
10 janvier, 2019 / ,

Elle est née à Porto en 1885. Guilhermina Suggia a grandi au milieu de la musique, en grande partie grâce à son père violoncelliste. Très tôt, elle commence à prendre des cours de violoncelle et à 7 ans, elle fait sa première apparition publique à Matosinhos. À 13 ans, elle était déjà membre de l’Orfeão Portuense et tomba rapidement amoureuse de Porto. C’était un pas en avant de donner les premiers spectacles, souvent accompagnée de sa sœur. À l’âge de 16 ans, elle reçut une subvention de la reine Amelia pour étudier dans  le meilleur conservatoire européen. Elle est passée par les salles les plus prestigieuses de Londres et du monde entier, mais n’a jamais oublié sa ville natale. C’est là qu’elle rencontre le directeur du Conservatório de Música do Porto et c’est aussi dans cette saga qu’est né l’Orquestra Sinfónica do Conservatório. Guilhermina Suggia parcourt le Portugal du nord au sud et enchante tout le monde par son talent. Dans la bibliothèque municipale Florbela Espanca, à Matosinhos, vous trouverez plusieurs documents tels que votre correspondance personnelle et officielle, des photographies..

Elle est partie à l’âge de 65 ans, mais a laissé sa marque en tant que meilleure violoncelliste portugaise.

Porto Caché
9 janvier, 2019 / , , ,

Les villes sont construites sur les villes. C’est une idée que les archéologues et les architectes perçoivent dans la réalité de leur travail quotidien, qui les conditionne, les motive et est à la base de l’avenir de toute ville.

Depuis que l’homme est devenu sédentaire, c’est-à-dire depuis que les troupeaux de chasseurs-cueilleurs nomades à la recherche des meilleurs terrains de chasse se sont installés de façon permanente dans les villages dont les habitants ont commencé à vivre de l’agriculture et de l’élevage, le type de logement a changé et est devenu stable, avec l’adoption de matériaux comme la terre battue, la brique, la pierre ainsi que le bois, toujours utilisé.

On le voit dans des villages aussi anciens que Çatal Hüyük (Anatolie, sud de la Turquie) ou Jéricho (Palestine), peut-être les plus anciennes villes connues, construites entre 8 000 et 7 000 ans avant J.-C., et où les constructions se sont succédées, les villes étant élargies horizontalement, mais aussi au détriment de la démolition des constructions précédentes, souvent sur la base de leurs fondations pour bâtir des constructions nouvelles.

Porto n’aura pas été différente.  Mais celui qui la survole, celui qui arrive de l’autre côté ou celui qui parcourt ses rues et observe ses maisons, n’a pas cette perception, il ne voit que ce que ses yeux capturent, les rues, les maisons, les bâtiments, les infrastructures, sans se rappeler que c’est seulement notre ville, pas celle de nos grands-parents et autres ancêtres.

Celles-ci, leurs villes, sont parfois enfouies sous les nôtres et, à l’heure où Porto vibre de sa récupération, notamment avec la rénovation de son centre historique, les signes de ces « villes » qui nous ont précédés se mettent en évidence.

Les vestiges les plus anciens se trouvent peut-être dans le bâtiment de la Rua D. Hugo, nº5, derrière la Cathédrale, où il était possible de séquencer une occupation avec des vestiges depuis le 8ème siècle avant JC, avec des maisons à plan rond. Déjà, les maisons de l’époque romaine sont superposées avec un plan carré.

Un autre exemple fantastique de la façon dont la ville a été construite est fourni par les fouilles archéologiques de la Casa do Infante, déjà dans une partie basse de la ville, dans laquelle une grande et luxueuse maison romaine et romaine tardive (IV-VI siècle) se superpose aux constructions médiévales, avec la construction des entrepôts du roi, la douane royale et la Monnaie, poursuivant son occupation et ses extensions successives pendant l’ère moderne et contemporaine.

Mais l’exemple que nous allons donner est également représentatif: dans les travaux d’un bâtiment à façades pour la rue de S. Francisco et pour la rue Nova da Alfândega, où se trouvait l’ancienne compagnie de transits AJ Gonçalves de Moraes, il y avait, dans les fouilles effectuées,  des traces de la ville du XVIIIe siècle, plus précisément le vieux quartier des thermes.

S’appuyant sur les grandes transformations urbaines inhérentes à la construction du bâtiment de l’Alfândega Nova (1860-1870), la construction de la Rua Nova da Alfândega et de la Rua Ferreira Borges, qui a entraîné la destruction du monastère de S. Domingos, le vieux quartier des thermes a été enterré sous 5 mètres de gravats.

Les fouilles ont montré une autre facette de la ville, une zone riveraine et tristement célèbre, qui a commencé dans le sable déjà décrit par Ranulfo de Granville en 1147 et, où  était situé l’un des vestiaires de la ville, à côté du guichet des bains,  Rua dos Banhos.

J’étais l’une de ces ruelles, toujours avec des bâtiments des deux côtés qui ont été exposés. L’une des maisons, devant la porte d’entrée flanquée de fenêtres à barreaux de fer, avait un patio pavé.

Dans une zone contiguë, sous un mètre environ, les fondations solides de ce qui aurait pu être l’édifice médiéval des bains publics. Les fouilles étaient terminées.

Mais la découverte de matériaux de construction romains peut indiquer la présence de traces beaucoup plus anciennes….

FRANCISCO SÁ CARNEIRO
7 novembre, 2018 / , , ,

Si vous êtes arrivé à Porto par l’aéroport Francisco Sá Carneiro ou si, en vous promenant dans Antas, vous avez croisé une statue sur la place du même nom, cet article est pour vous!

Né et élevé à Porto en 1934, Francisco Sá Carneiro est un avocat et homme politique portugais qui s’est rapidement distingué par le régime dictatorial alors en vigueur. Il s’agit de l’expression la plus marquante de la lutte pour le retour dans le pays de l’évêque de Porto, António Ferreira Gomes (dont la statue peut être admirée à côté de l’église dos Clérigos), exilée par le nouvel État de Salazar.

En 1969, en tant qu’indépendant, il est élu à l’Assemblée nationale et devient rapidement le visage du soi-disant Ala Liberal. Il est responsable de diverses initiatives visant à assurer la transition pacifique et progressive du Portugal vers un régime libre et démocratique.

Confronté à l’échec de la mise en œuvre de sa vision démocratique, personnaliste et humaniste, il démissionne de son poste de député et retourne à Porto où il contribue à faire germer l’idée de créer un parti social-démocrate, qui verra le jour après la révolution du 25 avril  1974, mettant  fin au régime dictatorial. Le Parti Démocratique Populaire, plus tard Parti Social-Démocrate, dont Francisco Sá Carneiro est le cofondateur et le principal promoteur, est né le 6 mai 1974.

En tant que président du PPD, il a été élu à l’Assemblée constituante (1975) qui préparerait et approuverait la première Constitution de la République du régime démocratique.

À la fin de 1979, il créa l’Alliance démocratique, qui est venue remporter les prochaines élections législatives. À la tête de la plus grande coalition gouvernementale depuis le 25 avril 1974, Sá Carneiro a été nommé Premier ministre en janvier 1980, poste qu’il a occupé jusqu’à sa disparition inattendue et tragique le 4 décembre 1980, lorsque l’avion dans lequel il voyageait pour Porto s’est écrasé à Camarate, dans des circonstances qui, jusqu’à aujourd’hui, ne sont toujours pas déterminées.

Son côté public ne l’a pas empêché de vivre sa propre vie et de risquer les critiques dans un pays traditionaliste et où le divorce n’était même pas autorisé lorsqu’il s’est séparé pour rejoindre le fondateur de l’éditeur D. Quichotte, Snu Abecassis, qui perdra également la vie dans l’accident de Camarate. Lapidaire et frontal, comme toujours dans la vie, il a vite précisé: « Si la situation est considérée comme incompatible avec mes devoirs, je choisirai la femme que j’aime. »

Véritable homme de bien de sa ville et de son pays, d’une noblesse unique et d’un caractère franc, la mort de Francisco Sá Carneiro a constitué une perte irréparable pour la vie publique portugaise et sa mémoire inspire toujours tous ceux qui reconnaissent dans son exemple, la plus grande forme d’être en politique, pour tous ceux qui se considèrent comme celui qui « est au-dessus de la démocratie sociale, de la démocratie du peuple portugais ».

Gomes Teixeira – Le mathématicien qui aurait pu être prêtre
15 octobre, 2018 / , , ,

Gomes Teixeira, illustre mathématicien qui deviendra le premier recteur de l’Université de Porto, n’a étudié la théologie que par hasard.

Né en janvier 1851 à Armamar, il se distingue rapidement par son intelligence et ses bonnes notes obtenues dans toutes les disciplines. A cette époque, il était courant que les garçons ayant une bonne scolarité soient référés au séminaire, mais le jeune homme était brillant en mathématiques. Ainsi, quand il était temps d’aller à l’université, la famille a décidé que ce serait la chance qui choisirait entre théologie et mathématiques.

La chance a dicté les mathématiques et, depuis son arrivée à l’université de Coimbra, Francisco Gomes Teixeira s’est distingué par les notes maximales obtenues. À l’âge de 20 ans, il publie son premier ouvrage et en 1874, il termine le cours avec une note de 20. Une formation académique aussi brillante devrait bien entendu le conduire à une carrière d’enseignant. Il a excellé à l’Université de Coimbra et à l’Académie polytechnique de Porto, qu’il devait diriger.

En 1911, l’Université de Porto fut fondée et Gomes Teixeira fut choisi comme premier recteur. Il mourut à Porto en 1933. Après sa mort, trois bustes furent réalisés en bronze, puis placés dans son pays natal, à l’université de Porto et à l’université de Coimbra.

Source: The Tripeiro 7ª Série Ano XIX nº1 et 7ª Série Année XXX, Numéro 12