Profil

Les suggestions de Katty Xiomara
23 avril, 2017 / , ,

 

C’est l’un des noms les plus internationaux de la mode portugaise. Même en étant née au Venezuela, sa carrière a été développée à Porto et c’est à partir d’ici qu’elle dessine les créations qui défilent sur les passerelles du monde entier.

Katty Xiomara est née à Caracas, au Venezuela, et est arrivée à Porto à l’âge de 18 ans. C’est à cette époque qu’elle a décidé d’étudier la mode. Encore étudiante, elle a gagné, à 22 ans à peine, le premier prix du Porto de Moda. En 1996, elle a participé au Portugal Fashion pour la première fois et depuis elle est une présence assidue de cet évènement, ayant présenté aussi des collections au Portugal Fashion Paris.

Depuis 2005, elle participe à des Foires internationales comme  Bread & Butter, Berlin et Barcelone, et Project, Las Vegas entre autres. Cette carrière internationale a été consolidée en 2013 quand elle a commencé à être présente à la Semaine de la Mode de New York. En 2014 elle a reçu le Silver Winner, attribué par IDA « International Design Awards”, un prix qu’elle regagne en 2015.

En 2007, elle a installé son atelier dans une maison Rue de la Boavista, mais il est possible de trouver ses collections aux États-Unis et au Japon. Ces créations sont élégantes et intemporelles mais en même temps gaies et romantiques, plutôt destinées à des femmes confiantes et qui misent sur un style individuel et unique.

Dans la carrière de Katty Xiomara se distinguent les collaborations avec plusieurs marques internationales, qui vont du vêtement sportif à la création d’uniformes. La designer est également professeur dans la même école de mode où elle a étudié, Modatex.

Atelier

Rue de Boavista, nº795
Téléphone: +351 220 133 784

 

  • Bar – Je sais que ce n’est pas vraiment un bar mais j’aime beaucoup le mojito, le blackberry fizz et du berrygood de l’Honorato (Centre- zone Basse)
  • Restaurant – Un traditionnel et sans prétentions: L’Antunes. Dans un autre registre je conseillerais le Flow ou le Reitoria
  • Promenade –Palais de Cristal, les bords du fleuve de la Foz jusqu’à la Ribeira
  • Local romantique – L’ancienne cave de vin de Porto dans les jardins romantiques du Palais de Cristal.
  • Un secret de la ville: Ce n’est pas vraiment un secret, mais j’aime énormément le Passeio das Virtudes, Le Centre Portugais de Photographie/Ancienne Prison de la Relação et le Musée Soares dos Reis.

 

 

 

Fernando Távora – Le Maître de “l’École de Porto”
3 mars, 2017 /

Il a été l’un des noms les plus connus de l’architecture portugaise et est le “père” de ce qu’on appelle “l´École de Porto”.

Né à Porto, le 25 Août de 1923, Fernando Távora appartenait à une famille conservatrice, descendante du noble lignage des Távoras. Il a passé ses premières années de vie dans les propriétés de la famille, dans le Minho, la Bairrada et les plages de Foz do Douro. Très tôt, il a commencé à démontrer une grande aptitude pour le dessin et beaucoup d’intérêt pour les anciennes maisons. Contre la volonté de la famille, qui désirait qu’il fût Ingénieur en génie civil, il s’est inscrit aux Beaux-Arts de Porto, en 1941, afin de suivre la formation spéciale d’architecture.

Il a été professeur dans des établissements comme L’École Supérieure des Beaux-Arts de Porto  (ESBAP), la Faculté D’Architecture de l’Université de Porto  (FAUP) – qu’il a aidé à monter- et à l’Université de Coimbra. Fondateur de ce que l’on appelle “L’École de Porto”, il a été l’une des grandes influences d’autres grands noms de l’architecture nationale comme Siza Vieira.

Au delá de ses nombreux projets, qui reflètent sa créativité, sa fonctionnalité mais également sa responsabilité sociale, il a développé un travail remarquable dans le domaine de la conservation du patrimoine.

Fernando Távora est décédé le 3 Septembre 2005.

Quelques oeuvres emblématiques: 

  • Marché Municipal de Santa Maria da Feira
  • Pavillon de tennis et aménagements extérieurs de la Quinta da conceição, Matosinhos
  • Restauration et adaptation du Couvent de Santa Marinha a Pousada, Guimarães
  • Plan général d’Urbanisation de Guimarães
  • Rénovation et agrandissement du Musée National de Soares dos Reis, Porto
  • Rénovation et adaptation du Palais du Freixo a Pousada, Porto
  • Maison des 24, Porto

 

 

Eugénio de Andrade
2 mars, 2017 /

Eugénio de Andrade, un des poètes portugais les plus traduits, a toujours eu une grande relation avec Porto.

Né au Fundão, Eugénio de Andrade (de son vrai nom, José Fontinhas) a cependant vécu à Porto plus de 50 ans jusqu’à sa mort, le 13 Juin 2005. Il est arrivé à Porto dans les années 50. À cette époque, malgré plusieurs oeuvres écrites, il exerçait la profession d’inspecteur administratif du Ministère de la Santé, c’est dans l’exercice de ses fonctions qu’il a été transféré et est venu vivre dans cette ville. Plus tard, il a reçu le titre de “Citoyen d’Honneur”.

Auteur d’une dizaine d’oeuvres qui lui ont valu des prix nationaux et des distinctions internationales, il a également été traducteur d’auteurs comme Federico Garcia Lorca ou Jorge Luís Borges. Parmis les diverses anthologies poétiques dont il est l’auteur, on peut distinguer celle qu’il a dédié à Porto (“Daqui Houve Nome Portugal”, 1968). Malgré de fortes relations amicales avec d’autres écrivains et artistes, il était discret. Il n’aimait pas faire des interviews ni apparaître aux évènements sociaux et culturels.

Il a vécu de nombreuses années au 111 de la rue Duque de Palmela, mais de 1994 jusqu’à sa mort, son domicile était Maison Serrúbia, rue du Passeio Alegre, à Foz do Douro. Cette maison deviendrait le siège de la Fondation Eugénio de Andrade, entretant éteinte. Ses manuscrites et autres documentations sont actuellement dans la Salle de Collections Spéciales de la Bibliothèque Publique Municipale de Porto.

Non loin de lá, au Cimetière du Prado do Repouso, se trouve la sépulture d Eugénio de Andrade: une tombe au ras du sol en marbre blanc, dessinée par son ami Siza Vieira où sont inscrits les vers de son livre “ Les Mains et les Fruits”.

Citations:

“ La Sagesse du poète est une seconde innocence”

“ Un mot est comme une note qui cherche les autres pour un accord parfait”