Curiosités

Le Messager, de IRENE VILAR
13 février, 2019 / ,

Une statue plantée au bord de la rivière qui apporte de l’espoir à la ville de Porto

Irene Vilar est née à Matosinhos en 1930 et est propriétaire d’une vaste œuvre plastique répartie dans de nombreux pays comme l’Allemagne, l’Afrique du Sud, le Brésil, la Belgique, les Pays-Bas et Macao. Distinguée tout au long de sa vie par plusieurs prix, l’artiste s’est affirmée dans divers domaines tels que la sculpture, la numismatique, les médailles et la peinture. C’est environ cinq décennies de production et d’affirmation artistique qui lui ont valu plusieurs prix et distinctions.

Dès son plus jeune âge, l’artiste est très liée à Foz do Douro, où elle vit dès l’âge de 19 ans et où elle installe son atelier.

L’une de ses œuvres les plus emblématiques est sans aucun doute “O Mensageiro (Le Messager). La sculpture en bronze, l’un de ses matériaux de prédilection, de nature expressionniste, marque majestueusement les rives du Douro, au bord du Cais de Sobreiras, au cœur de l’estuaire du Douro.

Inauguré en 2001, « O Mensageiro », ou « O Anjo » comme l’appellent les habitants de Porto, a apporté, selon l’auteur, « le bon espoir à la ville de Porto ». C’est peut-être pour cela que c’est devenu presque un lieu de culte, où les gens déposent des fleurs et des bougies à leurs pieds.

Irene Vilar est décédée à l’âge de 77 ans en 2008.

Porto Caché
9 janvier, 2019 / , , ,

Les villes sont construites sur les villes. C’est une idée que les archéologues et les architectes perçoivent dans la réalité de leur travail quotidien, qui les conditionne, les motive et est à la base de l’avenir de toute ville.

Depuis que l’homme est devenu sédentaire, c’est-à-dire depuis que les troupeaux de chasseurs-cueilleurs nomades à la recherche des meilleurs terrains de chasse se sont installés de façon permanente dans les villages dont les habitants ont commencé à vivre de l’agriculture et de l’élevage, le type de logement a changé et est devenu stable, avec l’adoption de matériaux comme la terre battue, la brique, la pierre ainsi que le bois, toujours utilisé.

On le voit dans des villages aussi anciens que Çatal Hüyük (Anatolie, sud de la Turquie) ou Jéricho (Palestine), peut-être les plus anciennes villes connues, construites entre 8 000 et 7 000 ans avant J.-C., et où les constructions se sont succédées, les villes étant élargies horizontalement, mais aussi au détriment de la démolition des constructions précédentes, souvent sur la base de leurs fondations pour bâtir des constructions nouvelles.

Porto n’aura pas été différente.  Mais celui qui la survole, celui qui arrive de l’autre côté ou celui qui parcourt ses rues et observe ses maisons, n’a pas cette perception, il ne voit que ce que ses yeux capturent, les rues, les maisons, les bâtiments, les infrastructures, sans se rappeler que c’est seulement notre ville, pas celle de nos grands-parents et autres ancêtres.

Celles-ci, leurs villes, sont parfois enfouies sous les nôtres et, à l’heure où Porto vibre de sa récupération, notamment avec la rénovation de son centre historique, les signes de ces « villes » qui nous ont précédés se mettent en évidence.

Les vestiges les plus anciens se trouvent peut-être dans le bâtiment de la Rua D. Hugo, nº5, derrière la Cathédrale, où il était possible de séquencer une occupation avec des vestiges depuis le 8ème siècle avant JC, avec des maisons à plan rond. Déjà, les maisons de l’époque romaine sont superposées avec un plan carré.

Un autre exemple fantastique de la façon dont la ville a été construite est fourni par les fouilles archéologiques de la Casa do Infante, déjà dans une partie basse de la ville, dans laquelle une grande et luxueuse maison romaine et romaine tardive (IV-VI siècle) se superpose aux constructions médiévales, avec la construction des entrepôts du roi, la douane royale et la Monnaie, poursuivant son occupation et ses extensions successives pendant l’ère moderne et contemporaine.

Mais l’exemple que nous allons donner est également représentatif: dans les travaux d’un bâtiment à façades pour la rue de S. Francisco et pour la rue Nova da Alfândega, où se trouvait l’ancienne compagnie de transits AJ Gonçalves de Moraes, il y avait, dans les fouilles effectuées,  des traces de la ville du XVIIIe siècle, plus précisément le vieux quartier des thermes.

S’appuyant sur les grandes transformations urbaines inhérentes à la construction du bâtiment de l’Alfândega Nova (1860-1870), la construction de la Rua Nova da Alfândega et de la Rua Ferreira Borges, qui a entraîné la destruction du monastère de S. Domingos, le vieux quartier des thermes a été enterré sous 5 mètres de gravats.

Les fouilles ont montré une autre facette de la ville, une zone riveraine et tristement célèbre, qui a commencé dans le sable déjà décrit par Ranulfo de Granville en 1147 et, où  était situé l’un des vestiaires de la ville, à côté du guichet des bains,  Rua dos Banhos.

J’étais l’une de ces ruelles, toujours avec des bâtiments des deux côtés qui ont été exposés. L’une des maisons, devant la porte d’entrée flanquée de fenêtres à barreaux de fer, avait un patio pavé.

Dans une zone contiguë, sous un mètre environ, les fondations solides de ce qui aurait pu être l’édifice médiéval des bains publics. Les fouilles étaient terminées.

Mais la découverte de matériaux de construction romains peut indiquer la présence de traces beaucoup plus anciennes….

Gomes Teixeira – Le mathématicien qui aurait pu être prêtre
15 octobre, 2018 / , , ,

Gomes Teixeira, illustre mathématicien qui deviendra le premier recteur de l’Université de Porto, n’a étudié la théologie que par hasard.

Né en janvier 1851 à Armamar, il se distingue rapidement par son intelligence et ses bonnes notes obtenues dans toutes les disciplines. A cette époque, il était courant que les garçons ayant une bonne scolarité soient référés au séminaire, mais le jeune homme était brillant en mathématiques. Ainsi, quand il était temps d’aller à l’université, la famille a décidé que ce serait la chance qui choisirait entre théologie et mathématiques.

La chance a dicté les mathématiques et, depuis son arrivée à l’université de Coimbra, Francisco Gomes Teixeira s’est distingué par les notes maximales obtenues. À l’âge de 20 ans, il publie son premier ouvrage et en 1874, il termine le cours avec une note de 20. Une formation académique aussi brillante devrait bien entendu le conduire à une carrière d’enseignant. Il a excellé à l’Université de Coimbra et à l’Académie polytechnique de Porto, qu’il devait diriger.

En 1911, l’Université de Porto fut fondée et Gomes Teixeira fut choisi comme premier recteur. Il mourut à Porto en 1933. Après sa mort, trois bustes furent réalisés en bronze, puis placés dans son pays natal, à l’université de Porto et à l’université de Coimbra.

Source: The Tripeiro 7ª Série Ano XIX nº1 et 7ª Série Année XXX, Numéro 12

Le siège de Porto
14 septembre, 2018 / , ,

Ce fût 13 mois qui ont marqué la ville pour toujours. Le siège de Porto a duré de Juillet 1832 à Août de l’année suivante, mais son souvenir reste dans la toponymie et l’âme de la ville.

La ville serait toujours marquée par les mois où elle a été assiégée: en plus des dégâts matériels et des pertes  humaines, cette période de l’histoire a donné à Porto le titre de «vieux, très noble, toujours fidèle et invaincu Porto» attribué par D. Pedro comme une forme de gratitude pour la loyauté et le courage avec lesquels les portuenses ont défendu la cause libérale. Le roi offrirait même son cœur à la ville en guise de remerciement.

Des noms tels que Bairro do Cerco do Porto (quartier du siège de Porto),  Rua do Heroísmo (rue de l’Héroïsme  – en mémoire d’une bataille sanglante alors eu lieu) ou Rua da Firmeza  (rue de la Fermeté) que perpétue «l’audace et la résignation avec laquelle les habitants de Porto résistèrent vaillamment» le siège, évoquant  à cette époque une guerre entre deux frères avec des convictions opposées.

Porto n’a jamais accepté l’ascendant de l’absolutiste de D. Miguel au pouvoir (1828) et lorsque D. Pedro a pris le commandement du mouvement libéral,  la population s’est avérée être une alliée puissante. Le 8 juillet 1832, D. Pedro, venant des Açores, débarqua à Pampelido (Mindelo) pour prendre la ville de Porto et arriver à l’actuelle Place de la Liberté,  à midi. Les troupes de D. Miguel avaient été déplacées à Lisbonne, de sorte que les libéraux n’avaient aucune difficulté à entrer dans la ville. Le lendemain, l’armée absolutiste, venant du sud, s’installa dans la Serra do Pilar, de l’autre côté de la rivière, pour bombarder la ville et expulser les libéraux. Ainsi commença le siège : les partisans de D. Pedro restèrent dans le port, encerclés. La nourriture et les biens essentiels se faisaient rares et, à mesure que la situation s’aggravait, le choléra et le typhus devenaient des opposants à ceux qui luttaient pour la cause libérale.

En juin 1833, les libéraux ont modifié la stratégie et ont décidé d’attaquer à partir de l’Algarve. Les troupes de D. Miguel, convaincues que l’adversaire était affaibli, décident de lancer une grande attaque sur le port, mais elles sont vaincues. Le 26 juillet, Lisbonne était occupée par les libéraux, mais Porto restait encercleé. Le 18 août, sous le commandement du Maréchal Saldanha, l’armée libérale remporte une victoire décisive qui conduira, deux jours plus tard, au retrait des partisans de D. Miguel. Le siège de Porto était terminé.