As escolhas de

Manuel Pinheiro
19 septembre, 2018 / ,

Le président du comité exécutif de la CVRVV – Commission de Viticulture de la Région des Vins Verts – aime se promener pour découvrir la ville où il est né. Bien que amoureux des vieilles automobiles, c’est à pied qu’il aime se perdre dans Porto.

Manuel Pinheiro est né en 1966 à Sé, l’une des paroisses les plus typiques de Porto. C’est aussi dans son pays natal qu’il a étudié le droit à l’Université catholique. C’est au Collège d’Europe à Bruges, en Belgique, qu’il eu son diplôme de troisième cycle en administration des affaires;  mais il retourna à Porto pour y travailler.

Il est président d’ANDOVI – Association Nationale Des Appellations d’Origine Viticole, entité qui regroupe les régions délimitées portugaises et est membre du conseil consultatif de l’Institut de la vigne et du vin. Il a été vice-président du CEPV – Conseil Européen des Professionnels du Vin, membre du Conseil interprofessionnel du CIRDD et de l’Institut des vins du Douro et de Porto et secrétaire général de l’ANCEVE. Il est président de la CVRVV depuis 2000.

Les vieilles voitures sont une de ses passions. « J’aime travailler dessus et les conduire dans le calme, ce qu’aujourd’hui, dans le tumulte de la vie quotidienne, n’est plus possible », révèle-t-il. En 1995, cette passion l’amène à ouvrir Ascari (http://www.ascari.pt), dans la rue de la Constitution, qui est toujours la seule librairie spécialisée dans l’automobile, la moto et la technique.

Dans ses temps libres, le président de CVRVV aime aussi marcher: Porto a beaucoup d’options pour le marcheur. « Que ce soit le centre de la ville, le quartier historique avec des allées et des escaliers à découvrir, que ce soit les avenues comme Boavista ou Marechal Gomes da Costa avec ses imposantes villas.  L’une des voies les plus intéressantes est le Douro marginal, à partir du centre historique jusqu’aux plages de Foz qui sont deux villes en une: le centre urbain et la zone côtière, autrefois lieu de villégiature des habitants de Porto et qui est aujourd’hui un quartier résidentiel avec d’excellents restaurants, conseille-t-il ».

Restaurant

Porto offre de plus en plus de produits alimentaires de toutes les saveurs et de toutes les origines. Nous reviendrons donc sur deux lieux qui conservent la gastronomie traditionnelle de la ville et dont les salles sont remplies de clients locaux. Le O Morfeu Marginal, dans la Rua do Ouro 400, presque sous le pont Arrábida, avec un menu qui varie tous les jours (ne manquez pas le ragout du vendredi!) et Cozinha do Martinho à l’autre bout de la ville, à Areosa (rue Costa Cabral 2598), qui conserve un menu traditionnel qui a séduit Anthony Bourdain lors de sa dernière visite à Porto.

 

Bar

Un verre à la main, debout pour parler et regarder la ville passer, Aduela (Rua das Oliveiras, 36) est un bon lieu de rencontre informel.

 

 Lieu / tour de ville

Allez sur le côté moins touristique de la ville, à Campanhã, et faire  a ecovia sur le Douro qui commence à côté de la Pousada do Freixo / Musée de presse et se rendre à un endroit idéal pour le déjeuner avec une visite inoubliable, Casa Lindo. Cette ecovia suit toujours la rivière, très calme le long des courbes de la rive. Parfait pour une fin d’après-midi aussi.

 

Un secret de la ville

Tous les visiteurs de Porto passent par la cathédrale, le bâtiment central de la ville datant du 12ème siècle. Si vous êtes à la porte de la cathédrale et que vous regardez avec attention, vous verrez une flèche jaune sur la pierre. Avancez jusqu’à cette flèche et cherchez-en une autre. Suivez les flèches autour de la ville et dites-nous où elles vous ont emmené.

 

 Où boire un vin vert

Juste à côté de Porto, Matosinhos, facilement accessible à pied ou en métro, offre une énorme offre de restaurants avec du poisson frais tous les jours. C’est l’environnement idéal pour déguster le meilleur de la gastronomie portugaise avec un bon Vinho Verde.

Manuel de Novaes Cabral
13 août, 2018 / , ,

Né en 1960 dans cette ville, c’est ici qu’exerce sa vie professionnelle, à l’exclusion de la période où il était chef du cabinet du ministre Valente de Oliveira, à Lisbonne. Depuis novembre 2011, il est à la tête du célèbre IVDP (Institut des Vins du Douro et Porto) dans lequel sa mission est de superviser, contrôler et certifier la qualité et la quantité des vins de Porto et du Douro, ainsi que les promouvoir et défendre leurs appellations d’origine.

Diplômé en droit et des études de troisième cycle dans économie européenne à l’Université Catholique Portugaise, a travaillé comme directeur adjoint dans le journal O Primeiro de Janeiro et a été conseiller de la Fundação de Serralves.

Mais avant d’arriver à l’IVDP, il occupait le poste de directeur municipal de la présidence de la Mairie de Porto et de nombreuses années au sein de la Commission de coordination de la région du Nord.

De retour au vin, sa connexion est profondément familière et aussi institutionnelle, puisqu’il a été Secrétaire général de l’Assemblée des régions européennes Viticoles pendant 4 ans et a représenté la Mairie de Porto à Great Wine Capitals. Cette connexion se fait encore à travers les livres, le goût enraciné et bien cultivé; entre autres, publié Aspects de la politique Vitivinicole des Régions d’Europe (3 volumes 2000 et 2001.), Territoires du vin – Territoires of Wine (1 re éd. EV, 2009, 2e éd. Modo de Ler, 2010) et d’autres territoires à Wine Territories-Other Territories of Wine (éd. Modo de Ler, 2012) et, bien sûr, leur participation fréquente et régulière aux journaux et aux magazines. Avec le vin comme centre d’attention, mais avec un accent particulier sur ce que la région du Douro nous offre.

Parce qu’il considère le vin un élément culturel, n’abdique pas de faire constamment cette liaison: a présenté ce Juillet le livre Poèmes de ma Vie, le volume 23 d’une collection annotée de poèmes, dans une collection initiée par Mário Soares et comprend les auteurs tels que Marcelo Rebelo de Sousa, Vasco Graça Moura ou Eduardo Lourenço.

Ses suggestions concernent la ville où il vit et le connaît bien. Et quels bons conseils sont ici.

Restaurant: J’aime beaucoup aller à Ernesto, à Rua da Picaria. Il connote très bien un air ancien, avec le cosmopolitisme de sa clientèle. Et les murs pleins de souvenirs, avec le bon goût chaleureux de mon ami Reinaldo, avec une cuisine honnête et impeccable.

Bar: A Capela Incomum, à Carregal. Le lieu, les amis et le très vieux souvenir de la fréquence (sans succès) de l’ancien Conservatoire…

Promenade: Porto n’est-il pas une ville romantique par nature ? Faisons les chemins romantiques !

– Endroit idéal pour boire un vin de Porto : Le vin de Porto, à lui seul, à la bonne température et dans le verre, transforme tout lieu. Je suggère bien sûr l’ambiance des caves à vin de Port, à Vila Nova de Gaia.

Le secret de la ville que vous pouvez révéler: le cœur de Don Pedro, dans l’église de Lapa, dont les clés sont partagées par le médiateur de la confrérie respective et le maire de Porto – accessible uniquement à certains et dans de très rares moments.

Et étant un peu sinistre: pourquoi ne pas faire le tour des cimetières de Porto, comme les catacombes de S. Francisco, ou « vivre » avec Camilo Castelo Branco ou Arnaldo Gama au cimetière de Lapa ? Et si vous y allez, demandez à voir le pistolet avec lequel Camilo s’est suicidé en 1890 à S. Miguel de Seide

Un dernier conseil: n’oubliez pas de visiter l’une des maisons les moins connues et les plus remarquables de Porto, l’ancienne Banco Comercial do Porto, actuellement l’Institut du vin de Douro et Porto, à Rua Ferreira Borges, qui vous pouvais faire avec un verre de vin de Porto dans votre main.

Les Suggestions de Jorge Curval
13 mars, 2018 /

 

Né à Porto en 1958, Jorge Curval a déjà participé dans des expositions individuelles et collectives au Portugal et dans des pays comme la Grèce, la France et l’Espagne. Ses endroits favoris à Porto, réfléchissent son amour par l’art, mais aussi la permanente recherche par l’innovation de cet artiste, qui est aussi professeur et surtout, passionné par les bonnes choses de la vie.

Avec des travaux en collections publiques et privées-t-il a dédié une partie de sa carrière au partage de connaissances.

Depuis 1997 il enseigne la chaire d’Arts Plastiques au Museu Nacional Soares dos Reis  à Porto. Il est responsable par les workshops de Peinture au Museu Centro Memória de Vila do Conde et au Palácio das Artes Fundação da Juventude de Porto. Peintre, sculpteur, designer et bon vivant, Jorge Curval suggère la visite à des endroits de Porto où l’art est très présent, pour jouir la tranquillité et le paysage.

 

 

 

Bar: en été, le Base, par l’ambiance hétérogène de sers clients, par son bon air, car nous fournit de pur oxygène, puisqu’il est en plein air et par sa musique

En hiver, le Bonaparte au centre de la ville par sa décoration accueillante et l’hétérogénie de gens, avec un mélange de plusieurs âges et pays d’origine.

Restaurant: Digby  à l’hôtel Torel Avantgarde, parce qu’au-delà de me sentir chez moi, je jouis une vue paysagiste unique de contemplation sur la rivière et l’embouchure du Douro et d’une gastronomie soignée, attachée aux saveurs de tout le monde.

Promenade en ville : se promener et jouir dans le parc de la ville, en ayant des fronts diversifiés de terre, mer et bois. Il est, sans quelque doute, l’un des plus complets parcs du monde.

Statue: O Desterrado au musée Soares dos Reis, c’est une pièce exemple de la sculpture du Romantisme Portugais, avec laquelle j’ai vécu ensemble pendant trois années, pendant que j’étais orienteur d’ateliers d’arts plastiques dans ce musée

Peinture: instrument de musique 1915-16 d’Amadeu Sousa Cardozo de la collection particulière du Musée Nacional Soares dos Reis.

Monument: Teatro Nacional S Joao par son projet classique et bien récupéré. C’est pour moi un ex-libris de la ville, sans négliger la Maison de la Musique et Serralves.

Un secret de la ville: situé derrière le Palais du Justice, le jardin ou Potager des Vertus se développe en levées de terre, en permettant une excellente perspective sur la rivière Douro et l’imposante Alfândega do Porto. C’est un jardin peu connu et visité, mais toutes les fois que je le visite, je sens qu’il est comme un secret dans la ville.

Un jour en Porto avec: Susana Ribeiro
6 février, 2018 / , ,

L’auteur du blog Viaje Comigo (www.viajecomigo.com), Susana Ribeiro a passé ses dernières années à voyager à travers le monde. Mais c’est à Porto où elle vit qu’elle finit toujours par revenir et comme nous le montre les suggestions qu’elle nous offre, c’est une ville qui la surprend toujours. Voici les suggestions de Susana Ribeiro pour une journée inoubliable à Porto.

Petit déjeuner

Carvalhido est un quartier qui réunit les meilleures boulangeries de la ville. Nova Real est le meilleur endroit pour commencer sa journée avec un petit déjeuner à base de pain et pâtisseries toujours fraiche. « J’y mange et tout est bons du salé au sucré, je ne peux rien recommander. Faites-vous plaisir en regardant les vitrines, je vous préviens le choix n’est pas facile ».

 

Café en milieu de matinée

Je ne prends pas de café. Quand je voyage on me dit souvent en rigolant que je dois être la seule portugaise qui n’en boit pas. Mais si vous voulez un thé vous pouvez choisir Tavi à Foz avec vue sur la mer, et bien sur une petite pâtisserie pour accompagner. »

 

 

Shopping

« Qui dit shopping dit vitrines. Vous pouvez vous promener dans la rue Miguel Bombarda où il y a le centre commercial du même nom. Il y a de nombreux magasins et des galeries d’art à visiter. Si le temps le permet, il y a le Palacio de Cristal qui mérite un détour pour une promenade dans la zone. »

 Déjeuner

Francesinha obligatoire. Vous avez le reste de la journée pour dépenser toutes les calories. La rue Passos Manuel est connue comme étant la rue des francesinhas, vu le nombre de restaurants qui en servent. Le grignotage s’est étendu jusqu’à la Praca dos Poveiros. Tout le monde a une opinion différente sur la meilleure francesinha, je vous laisse choisir. Mais pour moi ce sont celles de Lado B.

Shopping

Au numéro 123 de la rue de Guedes de Azevedo, le mercado Loft Store vous propose de nombreux articles de décoration avec des pièces originales, une bonne idée de cadeau.

Dîner

Après le shopping et une petite promenade à Foz, vous commencez à avoir faim. Mais quelle restaurant choisir pour le dîner ? Je vous propose Wish (Largo Igreja da Foz) qui sert des plats traditionnels et du sushi ou le BH Foz (Avenida do Brasil) qui sert de tout et se trouve juste devant la mer.

Petit verre

De nos jours, les soirées à Baixa do Porto se passent beaucoup dans les rues. Mais s’il fait froid, je vais au bar Gin House qui a une bonne ambiance et est calme pendant la semaine.

Danser:

Il y a peu de temps j’ai découvert le bar Embaixada Lomografica do Porto (près de la praça Carlos Alberto) et le Garden’s (travessa de Cedofeita) qui sont parfait pour discuter et danser.

Le Porto de Catarina Beirão
15 janvier, 2018 / , ,

Elle a 17 ans et les plages de Porto et de Matosinhos sont une seconde maison pour cette prometteuse surfeuse portugaise et championne régionale féminine dans la catégorie sub-18. La passion pour le surf commença à l’âge de 5 ans et lui a permis de connaître de nombreuses plages nationales et internationales, mais c’est à Porto où se trouvent certains de ces lieux favoris.

L’athlète du Surf Club de Porto ne cache pas sa passion pour la mer et pour les plages de Porto, partageant avec les lecteurs du Hey Porto ! certaines de ses suggestions pour des journées bien agréables dans la ville.

Bar : Bonaparte, avenue du Brésil

J’aime l’ambiance. J’apprécie parce que c’est un bar traditionnel situé dans le quartier où j’ai toujours vécu, parce qu’il sert un steak dans du pain fabuleux et parce que je m’y rends avec ma famille et mes amis.

 

Restaurant : Picaba – Édifice Transparent – cuisine saine, face à la mer et à la plage où j’ai initié le surf. Les employés nous connaissent et nous nous sentons comme à la maison. Il offre un menu Surf et malgré les diverses fois que je m’y rends, je ne m’en lasse pas.

 

Promenade : la marginale de la Foz jusqu’à la Ribeira– se promener, pour moi, ce doit être auprès de l’eau et si possible, voir la mer. J’ai la chance de vivre dans un quartier unique de Porto, presque face à la mer, ce qui me permet de faire cette promenade régulièrement. Une promenade qui n’est jamais la même, parce que la particularité de la mer c’est que nous la voyons toujours de façon différente. Il y a une odeur iodée typique et même les jours de brouillard et de froid, la sirène (provenant du phare pour prévenir les bateaux quand il y a du brouillard) fait de cette promenade un moment unique.

 

Lieu idéal pour surfer :   la plage de Maceda (Ovar – Aveiro)

J’adore l’accès à travers la forêt et les falaises qui font partie de la plage. C’est le lieu rêvé pour le surf.

 

Un secret de la ville : le jardin des Virtudes – moins connu auparavant, il continu à être un endroit magique. Je me souviens la première fois où je m’y suis rendue et j’ai découvert la merveilleuse vue que ce jardin possède. Une vue sur notre fleuve Douro et alors qu’il se situe au centre-ville, avec le tribunal et le jardin de la Corderie derrière. Je suis sûre que, pour celui qui s’y rend pour la première fois, il sera surpris par la vue merveilleuse sur notre ville.

Les suggestions de Joaquim de Almeida
6 novembre, 2017 / , , ,

Avec une carrière de près de 40 ans et plus de 100 films et séries télé à son actif, Joaquim de Almeida est l’acteur portugais le plus connus internationalement. Il vit aux Etats-Unis, où se déroule la plus grande partie de sa carrière, mais passe certaines époques de l’année au Portugal.

Il est né à Lisbonne en mars 1957, étant le sixième fils de huit enfants d’un couple de pharmaciens. Sa carrière, cependant, sera tout autre et, encore très jeune, il opta pour suivre la profession d’acteur. Quand le conservatoire e Lisbonne fut temporairement fermé, dû à l’agitation causée par la révolution de 25 avril, il déménageât à Vienne pour continuer ses études. À cette époque il travailla comme jardinier.

En 1976, il se rendit à New-York pour étudier la représentation avec Lee Starsberg, Nicholas Ray et Stella Adler, pendant qu’il travaillait dans un bar. Son premier rôle important survenu en 1981 dans le film “The Soldier », mais ce sera “Good Morning Babylon” qui le lancera vers une carrière international, qui dès lors, ne s’arrêtera pas. Il travailla avec les acteurs et réalisateurs comme Harrison Ford, Gene Hackman, Antonio Banderas, Robert Rodriguez, Steven Soderberg, Benicio del Toro ou encore Kiefer Sutherland.

Aux rôles comme acteur invité dans les séries comme “CSI Miami” ou “Bones” –  où il interpréta souvent des rôles de méchant latino – il somme des participations régulières dans les séries comme “24”, “Queen of the South” ou “Training Day”.

Simultanément, il continua à travailler avec des réalisateurs et acteurs portugais, ayant atteint des succès de vente de places de cinéma et conquis de nombreux prix et distinctions.

 

Bar

 

Dans un esprit plus culturel, Maus Hábitos. Pour sortir tard le soir, n’importe quel jour de la semaine, la Casa do Livro.

 

Restaurant

Il est difficile d’en choisir qu’un. Ainsi, nous en suggérons trois: Oficina  du chef Marco Gomes ou LSD du chef João Lupo et aussi le moins connu, Paparico, sans doute le meilleur secret pour bien manger à Porto.

 

Lieu romantique et promenade

Monter le Douro en bateau qui fut construit dans les années 60 pour le royaume de la Reine Isabelle d’Angleterre. Passer deux nuits dans une des chambres accueillantes et profiter d’un service de première classe. Septembre et octobre sont les meilleurs mois de l’année pour expérimenter.

 

Secret de la ville

C’est la vue que l’on a à partir de l’espace de la Cooperativa Árvore. Comme c’est beau de voir le Douro de cet endroit, passer son après-midi entre un verre de vin et un amuse-bouche… Près du centre-ville et même ainsi, inconnu pour beaucoup d’habitants de Porto.

 

 

La ville de Porto d’après Iker Casillas
8 mai, 2017 /

Un vrai champion, c’est ce qu’il est. Iker Casillas, qui représente à ce jour le FC Porto, remporte sans cesse des récompenses et des prix sportifs au niveau international. Il est arrivé à la ville de Porto en 2015 et il s’est vite laissé conquérir par son charme.

La carrière de Casillas a été tôt marquée par les conquêtes : en 1999, à l’âge de 18 ans et 115 jours, il a été considéré le gardien de but le plus jeune qui est passé par l’équipe principale du Real Madrid, club pour lequel il a fait 725 matchs de football. Avec le maillot des Merengues, Casillas a gagné plusieurs championnats : trois Ligues des champions, une Coupe du monde des clubs, deux Coupes intercontinentales, deux Supercoupes d’Europe, cinq Championnats d’Espagne, deux Coupes d’Espagne (Coupes du Roi) et quatre Supercoupes d’Espagne.

En 1997, au sein de l’équipe nationale espagnole, il a vaincu le Championnat d’Europe des moins de 17 ans et, en 1999, celui des moins de 20 ans (l’équipe a vaincu ces deux championnats car Casillas l’a extrêmement bien défendue au moment des tirs au but). Tout cela n’a été que le début d’un parcours de succès, dans lequel se sont inscrites aussi la Coupe du monde de 2010 et deux Coupes d’Europe. Par ailleurs, ce gardien de but se distingue en ce qui concerne le support aux causes humanitaires. Casillas a créé une fondation dédiée au bien-être des enfants et, en 2011, il a été nommé Ambassadeur de bonne volonté auprès des Nations unies.

Il habite à Porto depuis 2015 avec son épouse, Sara Carbonero, et leurs deux enfants. Il s’est vite laissé enchanter par la beauté de cette ville et il le démontre en partageant, sur les réseaux sociaux, des photographies et des vidéos de ses promenades et des paysages de Porto.

 

Bar : Miradouro Ignez

Restaurants : Casa de Pasto da Palmeira et Wish Restaurante & Sushi

Promenade : promenade en bateau sur le fleuve Douro et visite au musée du FC Porto

Plan romantique : promenade par les jardins de Serralves

Un secret de la ville : observer le coucher de soleil dans les plages de la Foz

 

Les suggestions de Katty Xiomara
23 avril, 2017 / , ,

 

C’est l’un des noms les plus internationaux de la mode portugaise. Même en étant née au Venezuela, sa carrière a été développée à Porto et c’est à partir d’ici qu’elle dessine les créations qui défilent sur les passerelles du monde entier.

Katty Xiomara est née à Caracas, au Venezuela, et est arrivée à Porto à l’âge de 18 ans. C’est à cette époque qu’elle a décidé d’étudier la mode. Encore étudiante, elle a gagné, à 22 ans à peine, le premier prix du Porto de Moda. En 1996, elle a participé au Portugal Fashion pour la première fois et depuis elle est une présence assidue de cet évènement, ayant présenté aussi des collections au Portugal Fashion Paris.

Depuis 2005, elle participe à des Foires internationales comme  Bread & Butter, Berlin et Barcelone, et Project, Las Vegas entre autres. Cette carrière internationale a été consolidée en 2013 quand elle a commencé à être présente à la Semaine de la Mode de New York. En 2014 elle a reçu le Silver Winner, attribué par IDA « International Design Awards”, un prix qu’elle regagne en 2015.

En 2007, elle a installé son atelier dans une maison Rue de la Boavista, mais il est possible de trouver ses collections aux États-Unis et au Japon. Ces créations sont élégantes et intemporelles mais en même temps gaies et romantiques, plutôt destinées à des femmes confiantes et qui misent sur un style individuel et unique.

Dans la carrière de Katty Xiomara se distinguent les collaborations avec plusieurs marques internationales, qui vont du vêtement sportif à la création d’uniformes. La designer est également professeur dans la même école de mode où elle a étudié, Modatex.

Atelier

Rue de Boavista, nº795
Téléphone: +351 220 133 784

 

  • Bar – Je sais que ce n’est pas vraiment un bar mais j’aime beaucoup le mojito, le blackberry fizz et du berrygood de l’Honorato (Centre- zone Basse)
  • Restaurant – Un traditionnel et sans prétentions: L’Antunes. Dans un autre registre je conseillerais le Flow ou le Reitoria
  • Promenade –Palais de Cristal, les bords du fleuve de la Foz jusqu’à la Ribeira
  • Local romantique – L’ancienne cave de vin de Porto dans les jardins romantiques du Palais de Cristal.
  • Un secret de la ville: Ce n’est pas vraiment un secret, mais j’aime énormément le Passeio das Virtudes, Le Centre Portugais de Photographie/Ancienne Prison de la Relação et le Musée Soares dos Reis.