Historie

Eglise « dos Grilos » -Le Musée d’Art Sacré et d’Archéologie de Porto
4 février, 2019 / , , ,

Eglise de S. Lourenço ou Eglise des Grillons, une visite à ne pas manquer, avec une vue panoramique sur le fleuve Douro, Invicta et Vila Nova de Gaia

Une promenade dans le centre-ville jusqu’à la Sé do Porto est un itinéraire courant pour les touristes qui visitent Invicta. Découvrir le centre-ville est une aventure. En nous promenant dans les ruelles étroites de la vieille ville, nous découvrons ses secrets et ses curiosités.

Aujourd’hui, nous invitons le touriste à s’aventurer dans le quartier de Sé. La cathédrale, imposante, est le point de départ de notre aventure. A quelques mètres de là, dans une ruelle qui semble ne pas avoir de sortie, se trouve l’église de S. Lourenço, plus connue sous le nom Igreja dos Grilos, qui, avec le Collège du même nom, est classée Monument National.

Il a commencé à être construit par les Jésuites au XVIe siècle et n’a été achevé qu’au XVIIIe siècle. Si la majorité des Églises se vante d’une richesse et d’une opulence souvent exagérées, l’Église des grillons est surprise par ses lignes simples qui laissent les murs nus et sans ornements.

Dans l’église on peut souligner le bel autel de Nossa Senhora da Purificação, l’orgue fantastique de 1500 tuyaux qui, selon les archives, a été construit à la fin du XVIIIe siècle et la crèche, une construction unique datant du XVIIIe siècle et dont l’auteur est attribué au Machado de Castro. A l’époque de Noël, avec la tradition de tant d’autres églises de la ville, il est possible d’apprécier cette crèche très rare composée de dizaines de grandes figures, qui est placée juste à l’entrée du monument.

Igreja dos Grilos, bien qu’appelée à juste titre l’église du Saint-Laurent, était à l’origine l’église et le collège des Jésuites. Avec l’extinction et l’expulsion des jésuites par le marquis de Pombal, au XVIIIe siècle, l’église fut donnée à l’Université de Coimbra et plus tard achetée par les frères déchaux de Saint Augustin, qui avaient leur résidence principale à Lisbonne, sur la Calçada dos Grilos, communément appelés par les Pères Grilos. Et c’est ainsi que cette Église commence à être appelée, l’Église des Grillons – Igreja dos Grilos, et même s’ils n’y résident plus.

Le Musée d’Art Sacré et d’Archéologie de Porto – avec accès par une porte contiguë à gauche de l’église – présente une collection de pièces intéressantes de la statuaire des saints aux bijoux religieux et autres pièces liturgiques. C’est aussi ici, dans le Musée, que, depuis le magnifique balcon, vous pouvez avoir une vue unique sur Porto et Gaia et sur le fleuve Douro. Une vue imprenable à ne pas manquer !

Guilhermina Suggia
10 janvier, 2019 / ,

Elle est née à Porto en 1885. Guilhermina Suggia a grandi au milieu de la musique, en grande partie grâce à son père violoncelliste. Très tôt, elle commence à prendre des cours de violoncelle et à 7 ans, elle fait sa première apparition publique à Matosinhos. À 13 ans, elle était déjà membre de l’Orfeão Portuense et tomba rapidement amoureuse de Porto. C’était un pas en avant de donner les premiers spectacles, souvent accompagnée de sa sœur. À l’âge de 16 ans, elle reçut une subvention de la reine Amelia pour étudier dans  le meilleur conservatoire européen. Elle est passée par les salles les plus prestigieuses de Londres et du monde entier, mais n’a jamais oublié sa ville natale. C’est là qu’elle rencontre le directeur du Conservatório de Música do Porto et c’est aussi dans cette saga qu’est né l’Orquestra Sinfónica do Conservatório. Guilhermina Suggia parcourt le Portugal du nord au sud et enchante tout le monde par son talent. Dans la bibliothèque municipale Florbela Espanca, à Matosinhos, vous trouverez plusieurs documents tels que votre correspondance personnelle et officielle, des photographies..

Elle est partie à l’âge de 65 ans, mais a laissé sa marque en tant que meilleure violoncelliste portugaise.

Porto Caché
9 janvier, 2019 / , , ,

Les villes sont construites sur les villes. C’est une idée que les archéologues et les architectes perçoivent dans la réalité de leur travail quotidien, qui les conditionne, les motive et est à la base de l’avenir de toute ville.

Depuis que l’homme est devenu sédentaire, c’est-à-dire depuis que les troupeaux de chasseurs-cueilleurs nomades à la recherche des meilleurs terrains de chasse se sont installés de façon permanente dans les villages dont les habitants ont commencé à vivre de l’agriculture et de l’élevage, le type de logement a changé et est devenu stable, avec l’adoption de matériaux comme la terre battue, la brique, la pierre ainsi que le bois, toujours utilisé.

On le voit dans des villages aussi anciens que Çatal Hüyük (Anatolie, sud de la Turquie) ou Jéricho (Palestine), peut-être les plus anciennes villes connues, construites entre 8 000 et 7 000 ans avant J.-C., et où les constructions se sont succédées, les villes étant élargies horizontalement, mais aussi au détriment de la démolition des constructions précédentes, souvent sur la base de leurs fondations pour bâtir des constructions nouvelles.

Porto n’aura pas été différente.  Mais celui qui la survole, celui qui arrive de l’autre côté ou celui qui parcourt ses rues et observe ses maisons, n’a pas cette perception, il ne voit que ce que ses yeux capturent, les rues, les maisons, les bâtiments, les infrastructures, sans se rappeler que c’est seulement notre ville, pas celle de nos grands-parents et autres ancêtres.

Celles-ci, leurs villes, sont parfois enfouies sous les nôtres et, à l’heure où Porto vibre de sa récupération, notamment avec la rénovation de son centre historique, les signes de ces « villes » qui nous ont précédés se mettent en évidence.

Les vestiges les plus anciens se trouvent peut-être dans le bâtiment de la Rua D. Hugo, nº5, derrière la Cathédrale, où il était possible de séquencer une occupation avec des vestiges depuis le 8ème siècle avant JC, avec des maisons à plan rond. Déjà, les maisons de l’époque romaine sont superposées avec un plan carré.

Un autre exemple fantastique de la façon dont la ville a été construite est fourni par les fouilles archéologiques de la Casa do Infante, déjà dans une partie basse de la ville, dans laquelle une grande et luxueuse maison romaine et romaine tardive (IV-VI siècle) se superpose aux constructions médiévales, avec la construction des entrepôts du roi, la douane royale et la Monnaie, poursuivant son occupation et ses extensions successives pendant l’ère moderne et contemporaine.

Mais l’exemple que nous allons donner est également représentatif: dans les travaux d’un bâtiment à façades pour la rue de S. Francisco et pour la rue Nova da Alfândega, où se trouvait l’ancienne compagnie de transits AJ Gonçalves de Moraes, il y avait, dans les fouilles effectuées,  des traces de la ville du XVIIIe siècle, plus précisément le vieux quartier des thermes.

S’appuyant sur les grandes transformations urbaines inhérentes à la construction du bâtiment de l’Alfândega Nova (1860-1870), la construction de la Rua Nova da Alfândega et de la Rua Ferreira Borges, qui a entraîné la destruction du monastère de S. Domingos, le vieux quartier des thermes a été enterré sous 5 mètres de gravats.

Les fouilles ont montré une autre facette de la ville, une zone riveraine et tristement célèbre, qui a commencé dans le sable déjà décrit par Ranulfo de Granville en 1147 et, où  était situé l’un des vestiaires de la ville, à côté du guichet des bains,  Rua dos Banhos.

J’étais l’une de ces ruelles, toujours avec des bâtiments des deux côtés qui ont été exposés. L’une des maisons, devant la porte d’entrée flanquée de fenêtres à barreaux de fer, avait un patio pavé.

Dans une zone contiguë, sous un mètre environ, les fondations solides de ce qui aurait pu être l’édifice médiéval des bains publics. Les fouilles étaient terminées.

Mais la découverte de matériaux de construction romains peut indiquer la présence de traces beaucoup plus anciennes….