Monument

Cette tour a une légende ?
6 juin, 2018 / ,

Près du Palais de Cristal, une tour médiévale ressemble à une histoire d’arrogance et d’avidité qui a mal tourné.

Appartenant à la maison blasonnée qui est dans les coins de la rue D. Manuel II et Júlio Dinis, cette tour médiévale, classée Monument National, est également connue sous le nom de Tour de Pedro Sem, rappelant la légende d’un homme très riche, qui a fini ses jours avec rien et à mendier.

Selon la légende, au XVIe siècle, ce palais était habité par un homme très riche, propriétaire de plusieurs navires utilisés pour le commerce des épices et des métaux précieux. On dit aussi qu’une partie de leur richesse a été obtenue en prêtant de l’argent à des taux d’intérêt élevés, ce qui a conduit de nombreuses personnes à la pauvreté.

Un jour, inquiet de l’arrivée de ses navires, il à grimpé la tour pour voir les bateaux à l’entrée de Barra do Douro. Euphorique, il a crié que sa richesse était si grande que même Dieu ne pourrait pas le rendre pauvre. A ce moment, il y a eu une tempête qui a coulé tous ses navires. Et la punition pour blasphème était encore plus grande : un éclair a frappé la tour, détruisant la maison et tous ses biens. Pedro Sem a tout perdu et a fini ses jours comme un mendiant.

Un monument, plus de 40 ans de construction
6 juin, 2018 / ,

Destiné à rappeler le centenaire des guerres péninsulaires, le monument situé au centre de la place de Mouzinho de Albuquerque (Rond-point de Boavista) a commencé à être construit pendant la monarchie, mais a été achevé plus de 40 ans après, déjà pendant la République.

L’idée d’honorer la manière comme les troupes et les peuples du Nord ont vaincu l’armée de Napoléon – symbolisée par la manière comme le lion a chevauché l’aigle impérial – est né en 1908. La première pierre à été placée en 1909 par le roi Manuel II, qui a été le dernier roi portugais. Un concours a été lancé pour le projet, mais le gagnant n’était connu qu’en 1911, quand Portugal était déjà une République.

L’architecte Marques da Silva et le sculpteur Alves de Sousa ont été choisis pour un travail qui n’a été terminé qu’après la mort des deux. Alves de Sousa est décédé en 1922 et Marques da Silva, qui a tout fait pour terminer la construction, est mort également en 1947, sans que le monument soit inauguré. C’est grâce à sa fille et à son gendre, et déjà avec les contributions des sculpteurs Henrique Moreira et Sousa Caldas, que cet ex-libris de la ville serait prêt. Il a été inauguré le 27 mai 1952.

Source: Le Tripeiro, 7e année, année XXVIII, numéro 5 – mai 2009

Mosteiro de São Bento da Vitoria
6 juin, 2018 / , ,

Classé monument national en 1977, le monastère de São Bento da Vitoria est l’un des édifices religieux les plus importants de la ville.

Quand il a été construit au XVIe siècle, il était à l’intérieur des murs de la ville, près de la Porta do Olival, occupant des terres qui, autrefois, faisaient partie de la Juiverie. Les Bénédictins sont arrivés à Porto en 1597 et l’année suivante ils ont été autorisés par le roi à construire un monastère destiné à marquer la présence de la Congrégation Bénédictine portugaise et à soutenir les frères qui traversaient la ville.

La construction du bâtiment, conçu par l’architecte Diogo Marques Lucas, a commencé en 1604, mais les travaux de construction ont pris plusieurs années. L’église, par exemple, a été construite en 1693, mais sa décoration n’a été achevée qui à la fin du XVIIIe siècle. L’architecture maniériste et baroque de l’extérieur est accompagnée, à l’intérieur, de plusieurs styles décoratifs, qui révèlent le changement de styles et de goûts vérifiés pendant cette longue période. La première pierre du Noble Cloître a été lancée en 1608, mais n’a été achevée qu’entre 1725 et 1728.

La grandeur de ce monument en granit est toujours impressionnante. Mais à l’époque, il fonctionnait comme un monastère, c’était un centre important pour la musique et le chant. L’organe qui existe dans l’église est un témoin de cet âge doré.

Les siècles suivants ont été un peu difficiles : en 1808, pendant la guerre péninsulaire, il a été transformé en hôpital militaire, et en 1835, après l’expulsion des ordres religieux, il a été transformé en tribunal militaire et en Maison de la Réclusion mais aussi en Caserne d’Infanterie 31 et Ingénierie.

Entre 1985 et 1990, il a été restauré, fonctionnant comme le siège de l’Orchestre National de Porto et les Archives du District de Porto. En 2001, sous la Capitale Européenne de la Culture, le Noble Cloître a été couvert avec une coquille acoustique. En 2007, une partie du monastère a été attribuée au Théâtre National São João. Depuis ce temps, il reçoit des spectacles théâtraux, des concerts et des événements spéciaux.

Informations:

Rua de São Bento da Vitória, Porto

Visites guidées:

Du lundi au vendredi, à 12h00, et le premier dimanche du mois, à 15h00, pour un nombre ne dépassant pas 30 personnes.

Prix: 3,00 € par personne. Accès gratuits pour les enfants jusqu’à 10 ans, accompagnés par des adultes.

Réserves: 00351 22 340 19 56 ou relacoespublicas@tnsj.pt

Igreja de Santo Ildefonso
18 avril, 2018 / , , ,

L’église de Santo Ildefonso a environ 11.000 azulejos sur la façade et sur les côtés des clochers.

Ces azulejos sont l’oeuvre de Jorge Colaço, qui a également créé les az- ulejos de la gare de São Bento, qui représentent les scènes de la vie de Saint Ildefonse et de l’Évangile. Ils n’ont été placés qu’en 1931, mais la construction de l’église est plus ancienne.

L’Église de Saint Ildefonse a commencé à être construite en 1709, dont la première phase de la construction (sans les clochers) s’est conclue en 1730. À l’intérieur, huit vitraux et un retable en boiserie barroque et rococo de la première moitié du XVIII siècle de l’artiste Nicolau Nasoni se dis- tinguent. En visitant cette église, située en pleine zone basse de Porto, ne passez pas à côté des deux grandes toiles de 5,80 x 4,30 mètres, suspendues aux parois latérales, peintes entre 1785 et 1792.

Dans la zone du choeur, il existe un orgue de tubes du début du XIX siècle qui a été restauré.

L’église présente également des vestiges d’un ancien cimetière, découvert lors des travaux de récupération du pavement réal- isés en 1996.

C’est à partir de l’escalier de cette église, en 1891, qu’ont été tirés les coups de feu qui ont mis n à la révolution de l’implantation de la république au Portugal.

L’Église de Sainte Claire (Santa Clara) – Un trésor du Baroque
18 avril, 2018 /

C’est un des trésors de Porto. Située dans la zone historique de la ville, elle se distingue par la construction gothique et par le richissime bois doré de l’intérieur.

L’Église de Santa Clara est un des meilleurs exemples de la décoration en bois doré utilisée durant la période Baroque. Malgré le fait d’être un édifice d’origine gothique, daté du XV siècle, elle a souffert diverses transformations au long des siècles, hébergeant ainsi plusieurs styles architecturaux et décoratifs.

Le cloître, par exemple, possède des caractéristiques maniéristes mais l’entrée principale et les chœurs sont déjà des exemples du Baroque du début du XVIII siècle. La nef a eu des changements en 1732, de forme à augmenter l’espace et la luminosité intérieure.  La plus grande transformation a eu lieu lors de l’introduction des boiseries dorées dans la  chapelle principale.

Dans ce monument national, les azulejos ressortent dans la zone des chœurs avec un tableau daté de 1680, représentant les âmes du Purgatoire.

Horaire: Visites guidées: du lundi au vendredi: de 10h00 à 12h30 et de 14h30 à 17h00 le samedi de 10h00 à midi 30

L’église romanic de Cedofeita
10 janvier, 2018 / , ,

C’est l’église la plus ancienne de Porto, avec des origines qui remontent au VIème siècle et à un roi désespéré pour sauver son fils malade.

Classé comme monument national et situé près d’une autre église plus grande et plus moderne, l’église de São Martinho de Cedofeita, plus couramment connus comme l’église romantique de Cedofeita, se détache par sa simplicité et par son ancienneté.

L’église actuelle n’est, cependant pas, l’édifice original, vu que le temple initial, qui datait du VIème siècle et de la Dynastie Suève, soufra de nombreuses modifications au long du temps.  Les vestiges les plus anciens seraient de la fin du IXème siècle, c’est à dire, antérieur à la formation du Portugal, qui eut lieu au XIIème siècle. Ce serait après 868 (année de la reconquête de la ville aux Maures) que sur ce lieu fut construit un temple, dont les chapiteaux résistent encore. Ces éléments ont été construit en calcaire, probablement venu de la région de Coimbra, alors que l’édifice a été construit en granite. Les parties les plus basses de l’abside seront postérieures, datant d’environ 1087.

Cependant, la phase romantique de cette importante œuvre surgie plus tard, sous le règne de D. Afonso Henriques, le premier Roi du Portugal. Au-delà de l’ancienneté, cette église possède des caractéristiques architectoniques et décoratifs uniques pour cette région du pays : particulière importance pour le tympan sur le Portail Nord, où nous pouvons apercevoir un Agnus Dei (agneau mythique qui symbolise le Crist dans l’apocalypse), très ressemblant à un autre existant actuellement au Musée National Machado de Castro, à Coimbra. Les influences de cette région peuvent s’expliquées par le fait que Soeiro Anes a travaillé sur cet œuvre, le même qui travailla sur la Vielle Cathédrale de Coimbra.

La légende :

Le roi suève Teodomiro, désespéré pour sauver son fils malade, fit une promesse à São Martinho de Tours, envoyant à Tours de l’or et de l’argent correspondant au poids de son fils. À son retour, un évêque rapporta une relique du saint et, quand celle-ci fut exhibée, le malade guérit. Reconnaissant, le roi convertit tout son peuple au Catholicisme et ordonna la construction d’une église en honneur du saint. L’église fut rapidement bâtie, connue comme Cito Facta, qui signifie Faite Rapidement. De cette expression dériva le nom actuel de ce quartier: Cedofeita.

Informations:

Place du Priorado, Porto

Promenade – Chapelle de Fradelos
7 novembre, 2017 / , , , ,

 

“Porto a penantes” – “penantes” est une expression typique de Porto qui signifie marcher à pied – est un projet perso de Joaquim Lino, qui aime parcourir à pied et photographier quelques recoins de la ville. Tous les mois, il partagera avec les lecteurs de Hey Porto! certaines promenades, laissant des suggestions pour ceux qui visitent la ville pouvant découvrir certains secrets qui, très souvent, ni les propres habitants de Porto connaissent.

Récemment, durant l’une de ces incursions dans la ville, il entra dans la Chapelle de Fradelos, une petite église de la fin du XIXème siècle, située au carrefour entre les rues Guedes de Azevedo et Sá da Bandeira, qui généralement reste en dehors des circuits touristiques, mais qui a le mérite à être connue. Sur la façade principale et à l’intérieur il existe des azulejos de Jorge Colaço, le même auteur des azulejos qui décorent la gare de São Bento et l’église de Santo Ildefonso. Se met également en évidence son toit en stuc décoré par des médaillons au centre dorés.

PortoaPenantes

La Foz Velha (la vieille embouchure) pas à pas
26 juin, 2017 /

Ce sont des chapelles construites au milieu de XVIII siècle, pourvus à la procession du quatrième dimanche de Carême et caractérisant les Pas du Christ dans la Voie Sacrée. Elles peuvent être parcourues donnant lieu à une agréable promenade pédestre qui vous permettra de connaître une des plus belles zones de Porto.

La procession parcourrait 15 chapelles, mais à peine cinq avaient une structure fixe (les restantes étaient montées pour l’occasion) et toutes résistaient au fil des années : Passo do Passeie Alegre, Passo da Rua Bela ; Passo de Santa Anastácia; Passo da Rua do Alto da Vila e Passo do Largo do Rio da Bica.

Ces chapelles de granite sculpté, style baroque, avec des petits oratoires à l’extérieur et un médaillon sur la partie supérieure. À l’intérieur, chaque autel possède une peinture dédiée aux Pas de la Passion du Christ.

Les pas ont été construits sous l’ordre de la Confrérie do Senhor dos Passos e de Nossa Senhora da Soledade et sont l’œuvre de Manuel dos Santos Porto.

Ils se situent:

– Passo do Passeio Alegre – Rue du Passeio Alegre, attenant à la rampe d’accès de l’église de Saint-Jean da Foz.
– Passo da Rua Bela
– Passo de Santa Anastácia – Rue de Padre Luís Cabral
– Passo da Rua do Alto de Vila
– Passo do Largo do Rio da Bica

 

Autres points d’intérêt dans le quartier:

Les arcs de la rue de Montebelo – ils auraient servi autrefois, faisant partie de l’aqueduc qui fournissait l’eau à la résidence des Moines de Santo Tirso, qui, à l’époque, étaient les propriétaires des terres da Foz do Douro.

Église de São João da Foz – église baroque, avec huit autels latéraux de sculpture baroque. La façade possède une concavité où est exposée l’image de São João Baptista (Saint Jean Batiste).

Le Bolhão à travers le regard de deux américaines
23 avril, 2017 / , ,

“The Undiscovered Food Stories of Northern Portugal” a le Marché du Bolhão comme protagoniste. Avec des textes de Gabriella Opaz et de Sonia Andresson et des photos de Ryan Opaz, ce livre, écrit en Anglais, est une déclaration d’amour à l’un des endroits les plus mythiques de Porto.

Le Bolhão est le point central des histoires qui s’y racontent: celles des vendeurs qui sont l’âme du marché, mais également celles des produits qu’on y vend tous les jours et des recettes de plats typiques dans lesquels ils sont utilisés.

Le livre The Undiscovered Food Stories of Northern Portugal, de Gabriella Opaz et Sónia Andresson (Oficina do Livro), a été nommé pour le Prix Spécial des prestigieux Gourmand World Cookbook Awards, également connus comme les “Oscars” de la cuisine.

Gabriella Opaz, une des auteurs, a révélé à Hey Porto que l’inspiration pour ce livre est venue des propres vendeurs du marché et de la manière dont ils réagissent aux temps plus difficiles, en préservant l’héritage culturel portugais. Parmi les plus divers produits en vente sur le marché, Gabriella Opaz met l’accent sur la broa de Avintes, les succulentes olives du Douro et le poisson.

 

The Undiscovered Food Stories of Northern Portugal

Gabriella Opaz e Sonia Andresson

Disponible pour vente sur: https://store.catavino.net/

Marché du Bolhão
11 avril, 2017 / ,

L’âme de Porto dans un lieu mythique

Les sons, les odeurs, les couleurs et l’âme de la ville dans un seul espace. Le mythique Marché du Bolhão, au cœur de la ville, est un des points les plus pittoresques de la ville.

Classé comme immeuble d’intérêt public en 2006, le Marché du Bolhão va être bientôt remodelé. Cela peut être, donc, l’ultime opportunité de connaître un des espaces les plus traditionnels de la ville, où les cris des marchands se mélangent  avec les couleurs et les odeurs des produits traditionnels.

Construit en 1914, l’accès du marché est possible  par quatre des rues les plus centrales de la ville: Fernandes Tomás, Alexandre Braga, Rua Formosa et Sá da Bandeira. Auparavant, il existait déjà un petit marché depuis la première moitié du XIXème siècle avec des petites baraques de vente de produits frais.

La désignation de Bolhão (grande bulle en portugais) vient de l’existence d’une bulle d’eau formée par la rivière qui passait en ce lieu.

Horaire: De lundi à vendredi, de 08:00 à 17:00.
Samedis: de 07:00 à 13:00