Manuel de Novaes Cabral

Manuel de Novaes Cabral

Né en 1960 dans cette ville, c’est ici qu’exerce sa vie professionnelle, à l’exclusion de la période où il était chef du cabinet du ministre Valente de Oliveira, à Lisbonne. Depuis novembre 2011, il est à la tête du célèbre IVDP (Institut des Vins du Douro et Porto) dans lequel sa mission est de superviser, contrôler et certifier la qualité et la quantité des vins de Porto et du Douro, ainsi que les promouvoir et défendre leurs appellations d’origine.

Diplômé en droit et des études de troisième cycle dans économie européenne à l’Université Catholique Portugaise, a travaillé comme directeur adjoint dans le journal O Primeiro de Janeiro et a été conseiller de la Fundação de Serralves.

Mais avant d’arriver à l’IVDP, il occupait le poste de directeur municipal de la présidence de la Mairie de Porto et de nombreuses années au sein de la Commission de coordination de la région du Nord.

De retour au vin, sa connexion est profondément familière et aussi institutionnelle, puisqu’il a été Secrétaire général de l’Assemblée des régions européennes Viticoles pendant 4 ans et a représenté la Mairie de Porto à Great Wine Capitals. Cette connexion se fait encore à travers les livres, le goût enraciné et bien cultivé; entre autres, publié Aspects de la politique Vitivinicole des Régions d’Europe (3 volumes 2000 et 2001.), Territoires du vin – Territoires of Wine (1 re éd. EV, 2009, 2e éd. Modo de Ler, 2010) et d’autres territoires à Wine Territories-Other Territories of Wine (éd. Modo de Ler, 2012) et, bien sûr, leur participation fréquente et régulière aux journaux et aux magazines. Avec le vin comme centre d’attention, mais avec un accent particulier sur ce que la région du Douro nous offre.

Parce qu’il considère le vin un élément culturel, n’abdique pas de faire constamment cette liaison: a présenté ce Juillet le livre Poèmes de ma Vie, le volume 23 d’une collection annotée de poèmes, dans une collection initiée par Mário Soares et comprend les auteurs tels que Marcelo Rebelo de Sousa, Vasco Graça Moura ou Eduardo Lourenço.

Ses suggestions concernent la ville où il vit et le connaît bien. Et quels bons conseils sont ici.

Restaurant: J’aime beaucoup aller à Ernesto, à Rua da Picaria. Il connote très bien un air ancien, avec le cosmopolitisme de sa clientèle. Et les murs pleins de souvenirs, avec le bon goût chaleureux de mon ami Reinaldo, avec une cuisine honnête et impeccable.

Bar: A Capela Incomum, à Carregal. Le lieu, les amis et le très vieux souvenir de la fréquence (sans succès) de l’ancien Conservatoire…

Promenade: Porto n’est-il pas une ville romantique par nature ? Faisons les chemins romantiques !

– Endroit idéal pour boire un vin de Porto : Le vin de Porto, à lui seul, à la bonne température et dans le verre, transforme tout lieu. Je suggère bien sûr l’ambiance des caves à vin de Port, à Vila Nova de Gaia.

Le secret de la ville que vous pouvez révéler: le cœur de Don Pedro, dans l’église de Lapa, dont les clés sont partagées par le médiateur de la confrérie respective et le maire de Porto – accessible uniquement à certains et dans de très rares moments.

Et étant un peu sinistre: pourquoi ne pas faire le tour des cimetières de Porto, comme les catacombes de S. Francisco, ou « vivre » avec Camilo Castelo Branco ou Arnaldo Gama au cimetière de Lapa ? Et si vous y allez, demandez à voir le pistolet avec lequel Camilo s’est suicidé en 1890 à S. Miguel de Seide

Un dernier conseil: n’oubliez pas de visiter l’une des maisons les moins connues et les plus remarquables de Porto, l’ancienne Banco Comercial do Porto, actuellement l’Institut du vin de Douro et Porto, à Rua Ferreira Borges, qui vous pouvais faire avec un verre de vin de Porto dans votre main.

(Visited 486 times, 1 visits today)
13 août, 2018 / , ,
Comments

Comments are closed here.

Publicité
Instagram #heyporto
No images found!
Try some other hashtag or username
(Português) Subscreva a nossa newsletter!