Manoel de Oliveira (1908-2015)

Manoel de Oliveira (1908-2015)

Une vie consacrée au cinéma

Les 106 ans de vie de Manoel de Oliveira se sont écoulés, remplis de dizaines de films grâce auxquels il a été reconnu au niveau international. Son long parcours en tant que cinéaste a commencé dans les années trente et n’a terminé qu’avec sa mort, en 2015.

Manoel de Oliveira est né à Porto en décembre 1908, dans le sein d’une famille liée à l’industrie. Son père a été le premier fabricant d’ampoules au Portugal et un grand enthousiaste du septième art : il amenait son fils au cinéma pour regarder des films de Charles Chaplin et Max Linder.

Manoel, jeune garçon, s’est vite intéressé non seulement au cinéma mais aussi au sport : il pratiquait l’automobilisme, l’athlétisme et la gymnastique, et avait une performance remarquable dans toutes ses modalités. À l’âge de 20 ans, il s’est inscrit à l’École d’acteurs de cinéma («Escola de Actores de Cinema»), fondée par Rino Lupo. Il s’est lancé comme figurant en «Fátima Milagrosa» (1928).

L’apogée de sa carrière en tant qu’acteur et galant du cinéma a été le film La Chanson de Lisbonne («A Canção de Lisboa»), de 1933. Néanmoins, c’est en tant que réalisateur qu’il s’est finalement distingué et s’est fait une place incomparable dans l’histoire du cinéma portugais.

Pendant ses études, Manoel de Oliveira a acheté une caméra et, avec un photographe amateur, il a commencé à filmer son premier travail. «Douro, travail fluvial» («Douro, faina fluvial») est sorti sur les écrans en 1931, mais ce portrait (sans son) de la vie des habitants du quartier de Ribeira à Porto n’a pas été bien accueilli au Portugal. À cette époque, la durée des plans et la lenteur avec laquelle l’action se déroulait étaient déjà très critiquées. Cette dernière est devenue l’image de marque d’Oliveira, très souvent mal comprise au Portugal, et pourtant très saluée par leurs pairs au niveau international.

Les communautés vivant de la pêche ont été protagonistes de ses œuvres suivantes, qui étaient toutes de nature documentaire. Simultanément, Manoel de Oliveira approfondissait ses connaissances à travers de formations en entreprises allemandes liées au cinéma. En 1942, il a lancé sa première œuvre de fiction. «Aniki Bóbó» avait le quartier de Ribeira comme décor, et même si à l’époque le film n’a pas suscité l’enthousiasme des critiques, il est actuellement considéré une œuvre de référence de ce cinéaste.

Attristé par le manque de reconnaissance, Manoel de Oliveira s’est consacré aux affaires familiales. Cependant, il décide de retourner à sa passion avec plus d’implication à partir des années soixante-dix, et depuis la fin des années quatre-vingt il a eu la phase la plus productive de sa carrière, avec un film par an. Outre avoir travaillé avec des grands acteurs portugais, il a dirigé des célébrités comme Catherine Deneuve, John Malkovich ou Marcello Mastroianni. Lors de sa mort, en avril de 2015, Manoel de Oliveira était le réalisateur le plus âgé en activité.

(Visited 138 times, 1 visits today)
8 mai, 2017 /
Comments

Comments are closed here.

Publicité
Instagram #heyporto
No images found!
Try some other hashtag or username
(Português) Subscreva a nossa newsletter!